Faits divers

La blessure pourrait être la marque d'un règlement de comptes

GILLY C'est avec une fracture ouverte à la jambe qu'un jeune Marocain s'est présenté à la clinique Notre-Dame de Charleroi, dans la nuit de lundi à mardi. Le blessé venait d'être la cible d'un projectile de gros calibre.

Vu l'origine potentiellement criminelle des faits, les médecins ont prévenu la police locale de Charleroi qui a envoyé une équipe sur place. C'est ainsi que les inspecteurs ont pu interroger l'ami de la victime. Ce dernier a déclaré qu'alors qu'ils circulaient en voiture dans Marcinelle, une Lancia s'était lancée à leur poursuite et les avait forcés à s'arrêter.

Frappé puis jeté dans le coffre, l'ami n'a pas vu le reste de la scène. Lorsque les auteurs l'ont libéré, il se trouvait au pied du terril de la rue Pirmez à Gilly. Une détonation venait d'éclater. Les malfrats ont d'ailleurs désigné le pied du terril où gisait le jeune Marocain, touché à la jambe. L'ami a finalement pu le transporter en clinique grâce à sa voiture que les truands avaient amenée avec eux.

Malgré les déclarations nébuleuses des deux victimes, les enquêteurs penchent pour un règlement de comptes dans le milieu des stupéfiants. Un milieu qu'a d'ailleurs fréquenté le blessé, connu des services. En outre, ce type de mutilation est souvent utilisé comme punition par les gens qui gravitent autour du trafic de drogue.



© La Dernière Heure 2007