Faits divers Il y a six ans, le 29 mai 2012 à Lyon en France, Mayline, 3 ans et demi à l’époque, s’étouffait en mangeant une mini-saucisse ronde « Knacki Ball », fabriquée par Herta. Victime de plusieurs arrêts cardiorespiratoires, puis plongée dans le coma, la fillette a finalement survécu, malgré l’avis très réservé des médecins.

Le 15 mai dernier, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement en civil du tribunal de grande instance de Paris, qui avait reconnu, en 2016, « la société Herta entièrement responsable des conséquences préjudiciables de l’accident de Mayline Tran » et condamné l’entreprise appartenant au groupe Nestlé à verser 150 000 euros à titre de provision à la famille. Cette somme, qui dépend de l’état de santé de la fillette, sera de nouveau examinée le 9 octobre prochain par le même tribunal.

Les magistrats ont, dans l'arrêt rendu, critiqué le message d'avertissement qui n'est à leurs yeux pas assez visible et surtout pas assez complet par rapport à ce que l'aliment peut avoir comme conséquences s'il est mal avalé. Pour eux, la mention « Ne pas donner ni laisser à portée d’enfants de moins de 4 ans ; ils risqueraient d’avaler sans mâcher » n’évoque pas assez clairement le risque de suffocation ou d’asphyxie.

Aujourd’hui, si la fillette est scolarisée, elle est restée handicapée après ce drame et souffre encore d’importantes séquelles. « C’est un vrai drame et nous compatissons vis-à-vis de la famille, a indiqué au Parisien - Aujourd’hui en France le PDG de Herta, Arnaud de Belloy. Nous n’irons pas en cassation. Nous allons tenir compte du jugement pour améliorer l’étiquetage, annonce-t-il. Nous allons dramatiser l’avertissement ».