Une prison de très haute sécurité à l'étude

Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Les établissements de Bruges et Lantin sont les seuls du pays à avoir des divisions sous haute sécurité pour les détenus particulièrement dangereux

BRUXELLES L'installation d'une prison de haute sécurité pour les criminels très dangereux est à l'étude. L'établissement pourrait accueillir plus longtemps les détenus "ingérables", ce qui permettrait d'éviter les transferts constants entre les autres prisons, peut-on lire lundi dans De Morgen.

La Belgique ne dispose pas à l'heure actuelle d'une prison de très haute sécurité. Les établissements de Bruges et Lantin sont les seuls du pays à avoir des divisions sous haute sécurité pour les détenus particulièrement dangereux.

Mais ces divisions ne sont pas adaptées pour des séjours permanents. En principe, les prisonniers n'y restent au maximum que six mois, une période qui peut être prolongée exceptionnellement.

Certains étudient donc aujourd'hui l'idée de créer de nouvelles divisions dans certaines prisons, où les détenus pourraient rester plus longtemps.

"Nous réfléchissons à la possibilité de rénover une prison existante pour la transformer en un établissement de haute sécurité pour les détenus à risques. Ce à quoi cela ressemblera et où cette prison sera installée, nous ne le savons pas encore. Vu la surpopulation carcérale, il n'est pas non plus facile de vider une prison pour la transformer", explique Margaux Donckier, porte-parole de la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open Vld).

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner