Faits divers Des animaux écorchés vivants pour leur fourrure. Gaia va demander une réaction de la Belgique

BRUXELLES «Je n'ai pas pu aller au bout de cette vidéo. C'est intenable, insoutenable», commente Michel Vandenbosch, de Gaia.

La vidéo en question est un reportage de l'association suisse de protection des animaux, qui a filmé, grâce à un cameraman local, comment certains animaux sont tués et dépecés pour leur fourrure en Chine. Ou plutôt comment ils ne sont pas tués. Cette vidéo, nous l'avons vue. Elle est d'une horreur sans nom.

On y voit des barbares, comment utiliser un autre mot, frapper des animaux, des chiens viverrins en l'occurrence, sorte de gros renards dont les peaux sont prisées par les fourreurs. La scène se passe à la campagne, dans une ferme d'élevage de la province d'Hebei. Les animaux, arrachés de leurs cages métalliques, sont saisis par les pattes arrière et frappés, tête la première, au sol. On voit aussi un homme écraser un renard vivant, debout sur sa tête. A la hache, l'homme coupe ensuite le bout des pattes, puis suspend les animaux à des crochets, avant de retirer la peau, comme on retourne une chaussette. Les animaux sont toujours vivants. Les chiens viverrins, sans fourrure, ensanglantés, sont jetés dans la benne d'un camion. Le cameraman s'approche. Des chiens vivent encore, respirent, lèvent leur tête nue ensanglantée. Une véritable horreur.

A l'échelle mondiale, la Chine est devenue un leader en matière d'exportation de fourrures à bas prix. Voilà l'envers du décor.

Les défenseurs de la fourrure en Belgique répondront que de telles scènes ne se déroulent pas ici. On ose le croire. Mais des fourrures provenant de Chine sont toujours bel et bien importées en Europe. La Belgique a interdit l'entrée sur son territoire de peaux de chien et de chat. Mais les autres animaux, et les autres pays?

Gaia prépare une nouvelle action dans les semaines qui viennent sur base de ces images abominables. Michel Vandenbosch: «Nous allons demander à la Belgique de protester officiellement auprès du gouvernement chinois. Il faut aussi une réaction européenne et des mesures énergiques. La Chine devient un géant économique, mais de telles pratiques sont indignes d'un pays civilisé. Ces images témoignent d'un mépris total, d'une indifférence extrême à la souffrance animale.»

La vidéo se trouve sur www.protection-des-animaux.org

© La Dernière Heure 2005