Faits divers

La moitié de ces personnes se sont enfuies. Le chargement va être détruit. 

Selon le parquet, les migrants -qui disent venir d'Erythrée ou d'Ethiopie- sont probablement montés dans la remorque en région anversoise. Douze personnes ont pu être appréhendées, les autres ont pris la fuite et n'ont pas encore pu être retrouvées.

L'intervention de la police s'est fait non sans heurts. Un procès-verbal a été dressé pour deux incidents, une migrante s'en étant pris à une policière et un migrant s'étant rebellé. Une enquête sera par ailleurs diligentée afin d'identifier l'organisation à l'origine du trafic.