Faits divers

Les recherches continuent mais toujours pas de trace de Younes. Et le temps passe...


Le passé ressurgit


Impressionnant dispositif policier


M. Jratlou, “pensif” chez Emmaüs


LE BIZET Plus de trois jours ont passé, et toujours aucune trace de Younes Jratlou. Et toujours pas de nouveaux indices ou d’éléments qui permettraient de trouver l’enfant… “Et plus le temps passe, plus l’inquiétude grandit” , a remarqué hier après midi la procureur du Roi de Tournai Marie-Claude Maertens, alors qu’Interpol a lancé un avis de recherche international pour retrouver ce garçonnet de 4 ans disparu lundi dernier à 4 h au Bizet, dans l’entité de Comines-Warneton.

Hier matin, le laboratoire de la police scientifique a repris ses recherches dans la maison familiale située rangée Dumez. “Il ne s’agit pas de nouveaux devoirs, mais de la suite. Ce sont des devoirs qui avaient été demandés au début de l’enquête. Les recherches se poursuivent donc, mais de manière plus approfondie” , indique Mme Maertens.

“On se concentre sur l’endroit où l’enfant a été vu pour la dernière fois, à savoir le domicile des parents” , poursuit le commissaire David Rimaux, de la cellule des personnes disparues de la police fédérale. “Ces devoirs sont précis et minutieux. Ils prennent donc du temps. Ce n’est pas comme dans un feuilleton où tout se passe en une heure. Mais on travaille plutôt centimètre par centimètre”, afin de pouvoir fermer toutes les portes de la maison.

Quant aux parents – Mohamed Jratlou né en 1941 et Naïma Jratlou née Zraïdi, selon nos informations –, ils n’ont pas été entendus hier. Mais police et justice sont conscientes de la personnalité contrastée du père de Younes.

Divers témoignages sont par ailleurs arrivés à Child Focus et doivent être maintenant vérifiés. “Mais nous sommes toujours à la recherche de ce témoignage, de cette personne qui dirait qu’elle aurait vu Younes après sa disparition” , explique M. Rimaux.

Chaque élément, “même anodin, peut faire avancer l’enquête et amener de nouvelles investigations” , poursuit David Rimaux. Plusieurs scénarios – mauvaise rencontre, rapt familial… – sont envisagés mais aucune piste n’est privilégiée. Quant à celle de la disparition de l’enfant sortant seul de chez lui, pieds nus et légèrement vêtu, elle semble cependant ne plus vraiment tenir la route.

Les recherches et l’enquête vont se poursuivre ce jeudi au Bizet, de manière plus approfondie et plus ciblée donc. “Et nous recherchons toujours un enfant vivant” , conclut le commissaire David Rimaux.



© La Dernière Heure 2009