Monde

2017 devrait être l’année la plus chaude recensée en l’absence du phénomène El Nino, depuis le début des relevés, indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un bilan publié à l’occasion de la 23e Conférence climat de l’ONU. 

El Nino vient tous les trois à sept ans affecter températures, courants et précipitations. Signal encore plus net d’un réchauffement de fond, les années 2013 à 2017 sont bien parties pour constituer la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée, note l’agence de l’ONU dans ce bilan provisoire. Marquée par des événements extrêmes, 2017 a aussi vu des ouragans d’une intensité inédite dans les Caraïbes et dans l’Atlantique, des pics à plus de 50°C en Asie, une sécheresse durable en Afrique de l’Est… 

À Bonn les représentants de 196 pays doivent s’accorder sur les règles d’application de l’accord de Paris, qui vise à garder le réchauffement sous 2°C voire 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Selon plusieurs études, les engagements actuels des pays ne suffisent pas et conduisent à +3°C.--