Monde

Donald Trump va annoncer mardi sa décision sur l'accord conclu en 2015 pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, dont les Etats-Unis menacent de se retirer au risque d'ouvrir une période de fortes turbulences. 

Après avoir tergiversé depuis son arrivée à la Maison Blanche début 2017, le président américain devrait cette fois, de l'avis d'un grand nombre d'observateurs, faire un choix qui lui permette de tenir sa promesse électorale: "démanteler" l'accord signé par Téhéran avec les grandes puissances (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne).

"J'annoncerai ma décision sur l'accord iranien demain depuis la Maison Blanche à 14h00" (20H00 heure belge), a tweeté Donald Trump. Concrètement, il doit dire s'il rétablit ou non les sanctions américaines levées en contrepartie des engagements iraniens, un arbitrage qui lui permet de nombreuses options plus ou moins drastiques. Mais même si les inspecteurs internationaux ont régulièrement certifié que l'Iran respectait les termes de l'accord, les Européens, en particulier le président français Emmanuel Macron après sa visite à Washington fin avril, n'ont pas caché leur pessimisme.

Londres, Paris et Berlin ont donc fait lundi un ultime effort pour tenter de préserver le compromis en vigueur, alors que Donald Trump leur avait donné jusqu'au 12 mai pour proposer des solutions afin de le "durcir" et pallier aux "lacunes" d'un texte qu'il juge "désastreux". Le président américain lui reproche des clauses qui prévoient la fin progressive de certaines restrictions au programme nucléaire iranien à partir de 2025, mais aussi le fait qu'il ne s'attaque pas directement aux essais balistiques de Téhéran et à ses activités jugées "déstabilisatrices" au Moyen-Orient.

"Le président a raison d'y voir des lacunes" et "d'attirer l'attention là-dessus", a déclaré lundi à Washington le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, venu à Washington pour rencontrer son homologue américain Mike Pompeo puis le vice-président Mike Pence. Les inquiétudes de Donald Trump sont "légitimes", "il a lancé un défi au monde", a-t-il renchéri, en s'exprimant sur Fox News, la chaîne télévisée préférée du milliardaire républicain.

Mais "nous pensons qu'on peut être plus dur sur l'Iran, répondre aux inquiétudes du président sans jeter le bébé avec l'eau du bain", a-t-il aussi insisté. "Le plan B ne me semble pas particulièrement avancé à ce stade", a ajouté le ministre britannique.

A la Maison Blanche il y a deux semaines, Emmanuel Macron avait déjà tenté de persuader son homologue américain de ne pas dénoncer le texte, tout en proposant de négocier avec l'Iran un "nouvel accord", qui prenne en compte ses inquiétudes et aille au-delà de l'actuel.

La chancelière allemande Angela Merkel a appuyé ce plaidoyer quelques jours plus tard.

En "ce moment délicat, ce serait une erreur de s'éloigner de l'accord nucléaire et de lever les contraintes qu'il fait peser sur l'Iran", a aussi estimé Boris Johnson dans une tribune dans le New York Times. Il a souligné que les inspections de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) prévues par ce texte augmentent "la possibilité de détection de toute tentative de fabriquer une arme".

"Maintenant que ces menottes sont en place, je ne vois pas d'avantage éventuel à les mettre de côté", a-t-il écrit, "la meilleure ligne à suivre serait d'améliorer les menottes plutôt que de les rompre".

En parallèle à Berlin, ses homologues français et allemand, Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas, ont aussi plaidé en faveur de l'accord, meilleur moyen à leurs yeux pour "éviter que l'Iran n'accède à l'arme nucléaire".

"Nous sommes tout à fait déterminés à sauver cet accord parce que cet accord nous préserve de la prolifération nucléaire", a déclaré le chef de la diplomatie française. Le ministre allemand a lui estimé que "le monde sera moins sûr" sans l'accord, redoutant "qu'un échec conduise à une escalade" au Moyen-Orient.

Tous deux ont assuré vouloir coûte que coûte maintenir le cadre existant négocié avec Téhéran. "Nous avons l'intention de nous y maintenir, quelle que soit la décision américaine", a dit Jean-Yves Le Drian.

Reste à savoir ce que ferait l'Iran en pareil cas.

Les ultraconservateurs du pays maintiennent une ligne très dure. Jeudi, un conseiller de l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, a affirmé que l'Iran quitterait l'accord si Washington mettait sa menace à exécution. Mais le président Hassan Rohani souffle le chaud et le froid, assurant lundi que Téhéran pourrait y rester, à condition que les Européens garantissent les attentes iraniennes, après avoir prévenu la veille que les Etats-Unis regretteraient "comme jamais" un éventuel retrait.