Monde

Des responsables et élus républicains ont appelé jeudi leur candidat au Sénat dans l'Alabama, le magistrat ultra-conservateur et héros de la droite religieuse Roy Moore, à se retirer de la course, après qu'il a été accusé d'attouchements sur une adolescente en 1979. 

Leigh Corfman a raconté les faits en détails au Washington Post. Elle était âgée à l'époque de 14 ans, et Roy Moore, alors substitut du procureur de 32 ans, l'avait invitée et emmenée chez lui à plusieurs reprises.

Roy Moore, 70 ans, marié et père de quatre enfants, a dénoncé dans un communiqué des accusations "complètement fausses, une attaque politique désespérée". Son équipe a relégué l'article au rang de "fake news".

Mais à un mois de l'élection sénatoriale de l'Alabama, le 12 décembre, les chefs républicains ne veulent prendre aucun risque, a fortiori avec un candidat auquel ils s'étaient opposés lors des primaires. "Il doit immédiatement se retirer et permettre aux habitants de l'Alabama d'élire un candidat dont ils sont fiers", a déclaré John McCain.

Les républicains sont généralement ultra-favoris dans l'Alabama, et Roy Moore était en tête des sondages contre le démocrate Doug Jones.

La perte d'un siège républicain à la chambre haute du Congrès y réduirait à une seule voix la majorité républicaine (de 52 à 51 sièges sur 100).

Selon le Washington Post, il n'est plus possible légalement de changer le nom du candidat sur les bulletins de vote, mais le parti local a le pouvoir de disqualifier Roy Moore, et pourrait appeler ses électeurs à inscrire à la main le nom d'un autre candidat. Le remplaçant naturel serait Luther Strange, actuel sénateur battu aux primaires par Roy Moore.