Attaque-suicide contre un hôtel près de Kaboul

Publié le - Mis à jour le

Monde

"Huit personnes ont été tuées: quatre civils, trois gardes de l'hôtel et un policier"

KABOUL

Quatre kamikazes talibans ont attaqué un hôtel proche de Kaboul dans la nuit de jeudi à vendredi, tuant au moins huit personnes avant d'être à leur tour abattus, ont annoncé la police et le ministère afghan de l'Intérieur à l'issue de près de douze heures de combats.

L'attaque a eu lieu sur les bords du lac Qargha, un lieu de villégiature situé à une dizaine de kilomètres de Kaboul et lieu de pique-nique populaire pour les habitants de la capitale.

"Huit personnes ont été tuées: quatre civils, trois gardes de l'hôtel et un policier", a indiqué à l'AFP Hashmat Stanikzai, porte-parole du chef de la police de Kaboul. Les 4 assaillants ont également été tués, a de son côté indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sediq Sediqqi.

Les forces de sécurité font une battue aux alentours du site, pour retrouver éventuellement d'autres talibans, a-t-il ajouté.

L'attaque a débuté jeudi vers 23H30 (19H00 GMT). Les assaillants ont d'abord pris plusieurs civils en otage. Au moins 40 de ces otages avaient pu être libérés avant l'annonce de la fin des combats, selon Sediq Sediqqi.

Des forces de sécurité afghanes et les troupes de la coalition ont été déployées sur place pour les repousser, a de son côté indiqué à l'AFP un porte-parole de l'Isaf, la force de l'Otan en Afghanistan.

Zabihullah Mujahid, un porte-parole des insurgés, a indiqué à l'AFP que "leurs moudjahidine avaient attaqué cet hôtel car des gens de haut niveau venant des ambassades, de l'Isaf ou de l'administration de Kaboul s'y rassemblent chaque jeudi pour des fêtes débridées, avec de la boisson et de la prostitution".
Précédemment, M. Mudjahid avait fait savoir par texto que deux hôtels fréquentés par des étrangers avaient été attaqués. Mais une seule attaque a été confirmée par la police.

Selon Mohammad Zahir, chef du département de la police criminelle de Kaboul, l'attaque a commencé lorsque les kamikazes armés de kalachnikov et de lance-roquettes ont fait irruption dans une soirée de mariage à l'hôtel Spozhmai.
Au moins un des assaillants a fait sauter sa veste bardée d'explosifs, a-t-il ajouté.

Les forces de sécurité ont entamé une opération pour mettre fin à l'assaut vers 05H30 (01H00 GMT), a indiqué la police. Un photographe de l'AFP, sur place, a entendu des tirs d'armes automatiques et a vu deux hélicoptères de l'Otan dans le ciel.

Des soldats afghans, dans une dizaine de véhicules blindés, avaient au départ été déployés à environ 500 m de l'hôtel, avec des policiers et des ambulances, selon un photographe de l'AFP sur place.

L'attaque de Qargha est survenue quelques heures après une intervention du président Hamid Karzai avertissant que les attaques contre la police locale et les soldats étaient en hausse "depuis les deux ou trois derniers mois".
Mi-avril, les talibans avaient mené des attaques suicide coordonnées, notamment à Kaboul, où leurs hommes avaient tiré sur le centre hyper-sécurisé pendant dix-sept heures. Ces combats avaient été les plus massifs des dix dernières années dans la capitale. Quarante-sept personnes, dont 36 rebelles, étaient morts.

L'attaque de Qargha, même si elle a été résolue efficacement, résonne comme un nouveau camouflet pour les autorités afghanes et la coalition.
Elles démontre que les talibans peuvent frapper exactement où et quand ils le souhaitent en Afghanistan, y compris dans les environs les plus prisés de Kaboul, fréquentés par le Gotha local, que protègent des policiers présents à l'année.

Plusieurs attaques suicide des talibans ont visé cette semaine les forces militaires afghanes et de l'Otan. Le dernier en date, mercredi, a fait 21 morts, dont au moins 3 soldats de l'Otan et 3 policiers afghans.

Les forces de sécurité afghanes sont censées assurer eux-mêmes la sécurité du pays d'ici à la fin 2014, au départ des troupes de combats de l'Otan qui soutiennent le fragile gouvernement de Kaboul.

Publicité clickBoxBanner