Monde

Emmanuel Beugnet est actuellement à Barcelone, ville qu'il connaît très bien. Il a donc été témoin indirect de l'attaque terroriste qui s'est déroulée peu après 17 heures sur les Ramblas.

Installé à Barceloneta, près de la plage, il était dans un bus à deux pas de la place de Catalogne pour y faire quelques courses. "A un moment donné, le bus a cessé de faire des arrêts et les gens, comme on peut l'imaginer, ont commencé à s'énerver. C'est alors que j'ai reçu une alerte de la BBC m'informant qu'un van avait foncé dans la foule près de la place de Catalogne. On est passé quasiment au même moment devant la place de Catalogne", explique-t-il.

A ce moment, l'attaque vient tout juste d'avoir lieu. Les sirènes d'ambulance hurlent, les gens sont choqués, les hélicoptères survolent la zone, un périmètre de sécurité a été installé, les Ramblas, habituellement noires de monde sont totalement vides. "En ce moment c'est plein à craquer. Et là en pleine journée d'été, on avait l'impression qu'il était trois heures du matin en plein hiver. On nous a arrêtés beaucoup plus loin. Je suis revenu vers la zone pour parler aux policiers qui étaient d'un calme incroyable. Un calme très communicatif, c'était très pro."

Emmanuel a dû rentrer en vélo jusqu'à Barceloneta car les transports ont été stoppés. Sur le chemin et même ce soir, Barcelone est bien évidemment sous le choc. "L'ambiance est très bizarre. Tous les magasins et les bars sont fermés, les gens sont sur leur téléphone ou sont rentrés chez eux. C'est bizarre car j'ai revécu un peu ce qu'on a connu à Bruxelles juste après les attentats. Barcelone est vide, comme notre capitale le 22 mars 2016."