Monde

Une des personnes arrêtées samedi à Molenbeek se trouvait à Paris vendredi soir, puisqu'elle a manifestement été contrôlée à la frontière, rapporte RTL-TVI dans son journal télévisé samedi soir, citant le procureur de la République.

Le Premier ministre Charles Michel, présent sur le plateau, a confirmé.


Deux voitures utilisées lors des attaques ont été identifiées, a indiqué le procureur de la République. Il s'agit d'une Seat et d'une Polo, toutes deux de couleur noire. Cette Polo était immatriculée en Belgique, a-t-il confirmé, et avait été louée par une personne de nationalité française résidant en Belgique. Celle-ci a fait l'objet d'un contrôle routier à la frontière belge, cette fois à bord d'un autre véhicule, accompagnée de trois autres personnes, a ajouté le procureur lors de sa conférence de presse.


Des perquisitions et 3 interpellations à Molenbeek

Comme nous vous l'annoncions en exclusivité, des perquisitions ont donc bien eu lieu depuis le début de l’après-midi dans la commune de Molenbeek.

Le but étant de retrouver des éléments dans les logements de trois jeunes ayant participé aux attentats de Paris. En effet, toujours selon nos infos, trois des terroristes viennent bel et bien de Molenbeek.

Le service de déminage ainsi que des policiers lourdement armés se sont rendus sur place. Les opérations sont toujours en cours actuellement. Il y a eu trois interpellations.


"Il avait l'air normal"

Sur une photo postée sur le site de la télévision RTBF, on peut voir un homme menotté et à qui les policiers ont placé un bandeau sur les yeux.


"Une Golf 3 ancien modèle qui roulait a été arrêtée. Les policiers ont fait sortir un homme et ils l'ont menotté dans le dos, l'ont fait agenouiller et lui ont mis un bandeau sur les yeux avant de l'embarquer" , a expliqué sous couvert de l'anonymat à l'AFP un riverain habitant en face de l'endroit où la scène s'est déroulée.

"L'homme avait entre 30 et 40 ans. Il était habillé normalement avec un jean et un haut de jogging, ce n'était pas un barbu, il avait l'air normal" , a ajouté le témoin.


Une instruction ouverte du chef d'attentat terroriste

Une instruction a été ouverte du chef d'attentat terroriste et de participation aux activités d'un groupe terroriste, annonce samedi soir le parquet fédéral. Ce dernier a été saisi par le parquet de Paris de l'exécution de quatre demandes d'entraide judiciaire internationales en relation avec les attentats commis vendredi soir. Il s'agit de devoirs visant en particulier une voiture immatriculée et louée en Belgique qui a été retrouvée à proximité du Bataclan à Paris, cible de terroristes. Les devoirs demandés sont en cours d'exécution, précise samedi soir le parquet fédéral.

"Compte tenu du décès de deux victimes belges", une enquête spécifique a été ouverte au parquet fédéral et confiée à un juge d'instruction bruxellois anti-terroriste, explique le parquet fédéral.


Un témoin près du Bataclan avait vu une plaque belge

L'une des voitures utilisées vendredi soir par les terroristes à Paris portait une plaque d'immatriculation belge, rapportait samedi Le Monde sur base de témoignages.

Un témoin visuel a indiqué au Monde avoir vu deux voitures noires, dont l'une avait une plaque belge. Un passager installé à l'avant semblait très jeune. "Je lui aurais donné 18 ou 20 ans", a expliqué la jeune femme.