Monde

L'Audiencia Nacional - tribunal compétent sur tout le territoire espagnol - a émis des avis de recherche contre les présumés auteurs des attentats de Barcelone et Cambrils, révèle El Mundo.

- Sais Aalla, né à Naour au Maroc, le 25 août 1998. Il vivait également à Ripoll.

- Mohamed Hycham, né en janvier 1993, aussi au Maroc, à Mrirt. Il vit également à Ripoll.

- Younes Abouyaaqoub, né le 1 janvier 1995, également à Mrirt.


A noter que Moussa Oukabir, le frère de Driss Oukabir qui s'était rendu à la police, faisait lui aussi initialement l'objet d'un avis de recherche. Mais selon les médias espagnols, il a été abattu à Cambrils avec 4 autres présumés terroristes. Il pourrait bien être le conducteur de la fourgonette qui a fait un carnage dans les rues de Barcelone. 

Moussa Oukabir est né à Ripoll le 13 novembre 1999. Il avait la nationalité marocaine et vivait à Gérone, en Catalogne. Oukabir n'avait pas d’antécédents judiciaires. Il était donc suspecté d'avoir commis l'attentat des Ramblas. Son frère, Driss Oukabir, est l'une des 4 personnes arrêtées par la police. Selon son témoignage, son frère aurait volé ses papiers d'identité pour louer deux fourgonnettes.

© Moussa Oukabir (Twitter)

Des apprentis ?

Selon la police, le groupe auquel aurait appartenu les auteurs des attentats y fabriquait un engin explosif et y préparait "des attentats de plus grande envergure".

L'explosion les a alors poussés, faute de matériel, à commettre à Barcelone et Cambrils des attentats dans la précipitation, "qui n'étaient pas de l'ampleur qu'ils envisageaient", selon Josep Lluis Trapero.

Armés de couteaux

Les cinq suspects abattus à Cambrils portaient de fausses ceintures d'explosifs. Selon certains experts, cela peut être une manière de s'assurer une mort en martyrs, la police n'hésitant pas à abattre les personnes porteuses d'explosifs. Mais cela peut aussi être une technique pour gagner du temps face aux forces de l'ordre.

Ils avaient aussi dans leur voiture une hache et des couteaux, avec lesquels ils ont blessé une personne au visage avant d'être abattus.

Trois véhicules loués par les assaillants ont par ailleurs été récupérés par les forces de l'ordre et étaient vendredi après-midi en cours d'analyse. Les personnes chargées de la location font aussi l'objet d'une enquête policière.