Monde

La cellule d'une douzaine d'auteurs des attentats de Barcelone et Cambrils est désormais "démantelée", a affirmé samedi le ministre espagnol de l'Intérieur, alors qu'un homme, Younès Abouyaaqoub, est toujours activement recherché par la police. 

L'annonce a déplu à Barcelone où la police catalane a rappelé que c'était elle qui dirigeait l'enquête. Le groupe a été "démantelé", a déclaré le ministre Juan Ignacio Zoido lors d'une conférence de presse. A ce stade, quatre suspects sont toujours en garde à vue, cinq ont été abattus à Cambrils et trois autres identifiés, dont Younès Abouyaaqoub. Les deux autres pourraient avoir péri dans l'explosion d'Alcanar.

"Nous pouvons presque dire que la cellule est totalement démantelée à Barcelone, puisque des personnes sont mortes, des personnes ont été arrêtées et que des identifications ont été rapidement réalisées et que d'autres recherches sont en cours dont nous ne pouvons pas parler en ce moment (...) nous pouvons dire que la cellule a été démantelée".

"Je crois que le coup porté à Cambrils est important pour démanteler l'organisation mais il reste en toute logique du travail à accomplir", a déclaré en réponse le chef du département de l'Intérieur de Catalogne, Joaquim Forn.

Les Mossos d'Esquadra, la police catalane, ont de leur côté expliqué qu'"une personne [faisait] toujours l'objet d'un avis de recherche", sans préciser s'il s'agissait ou non du conducteur de la camionnette de las Ramblas. "Nous rappelons que ce sont les Mossos d'Esquadra qui dirigent l'enquête... (...) nous communiquerons nous-mêmes le résultat final", a déclaré le porte-parole des Mossos, Albert Oliva.

"Nous ne pouvons considérer l'enquête, menée par les Mossos d'Esquadra, comme terminée tant que nous n'avons pas localisé ou arrêté les personnes que nous croyons faire partie de cette cellule terroriste", a ajouté Joaquim Forn.

Interrogé sur l'opération policière chez une personne décrite comme un imam à Ripoll samedi à l'aube, le porte-parole des Mossos a refusé de confirmer que cette "neuvième perquisition" dans cette ville où vivaient plusieurs des suspects avait eu lieu chez un imam.