Ayrault appelle Falorni à se désister en faveur de Royal

Publié le - Mis à jour le

Monde

"Il lui appartient en conscience de réfléchir au sens de sa candidature"

PARIS Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a appelé mercredi le dissident Olivier Falorni à "prendre ses responsabilités" et à se désister en faveur de Ségolène Royal, candidate investie par le PS, confrontée à un second tour délicat dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime.

"Il lui appartient en conscience de réfléchir au sens de sa candidature", a déclaré à l'AFP M. Ayrault, appelant M. Falorni, arrivé second dimanche dernier au premier tour, à se désister "comme cela s'est fait dans d'autres circonscriptions entre candidats de gauche".

Trierweiler doit rester discrète

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé mercredi que la compagne de François Hollande devait apprendre à garder "un rôle discret", ajoutant que chacun devait "être à sa place", au lendemain du soutien affiché par Valérie Trierweiler au dissident PS Oliver Falorni.

Comme on lui demandait, sur le plateau de Questions d'info LCP/Le Monde/AFP/France Info, si la Première dame devait "apprendre à rester sur sa réserve", M. Ayrault a répondu: "Oui, je crois".

"Je pense que c'est un rôle discret qui doit être le sien, et qui n'est pas facile à trouver. (...) Je veux bien comprendre que les débuts sont toujours un peu compliqués mais chacun doit être à sa place", a-t-il ajouté.

Alors que, selon lui, "la droite surexploite cet épisode", Jean-Marc Ayrault a rapidement manifesté le souhait de ne "pas faire une affaire de cette histoire de tweet".

"Je ne suis pas le conseiller, moi je suis le Premier ministre. Ma responsabilité c'est d'animer le gouvernement et de mettre en oeuvre les orientations du président de la République", a-t-il souligné.

Le chef de l'Etat est toujours "sur la même ligne de ne pas mélanger vie publique et vie privée", a-t-il noté. Quant au rôle de la première dame, "il n'y a pas de statut, ce n'est pas le sujet central".

M. Ayrault a répété qu'il n'y avait "aucune ambiguïté", s'agissant du soutien du parti à Ségolène Royal.

"Là il y a cette perturbation, on va dire cette péripétie. Mais le message concernant (...) la circonscription de La Rochelle, il est très clair: le président de la République François Hollande soutient, comme moi-même, comme le PS, Ségolène Royal comme candidate", a-t-il réaffirmé.

Le chef du gouvernement, qui s'est déjà rendu avant le premier tour à La Rochelle pour soutenir l'ancienne candidate à la présidentielle, a confirmé ne pas avoir l'intention d'y retourner.

"Ségolène Royal souhaite maintenant prendre le temps sans tapage médiatique, de contacts encore plus forts avec les électeurs de sa région, car je rappelle qu'elle est présidente de la région Poitou-Charentes", a-t-il fait valoir, au lendemain de la visite de soutien de la première secrétaire du PS Martine Aubry et de Cécile Duflot (EELV).

Sur Twitter, la compagne du chef de l'Etat a apporté mardi des encouragements inattendus au dissident Olivier Falorni et adversaire de Ségolène Royal pour le second tour des législatives à La Rochelle (#circo1701), alors que celle-ci est soutenue par François Hollande.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner