Monde

L'homme arrêté mardi sur la Côte d'Azur, dans l'enquête sur le braquage de la star américaine Kim Kardashian en octobre 2016 à Paris, a été mis en examen vendredi et placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire.

L'homme, âgé de 28 ans et interpellé sur commission rogatoire du juge d'instruction, a été mis en examen notamment pour "vol avec arme en bande organisée", "séquestration" et "association de malfaiteurs", a précisé cette source.

Dix autres suspects sont mis en examen dans cette enquête, dont deux sont encore en détention provisoire.

Ces hommes sont soupçonnés d'avoir réalisé un braquage estimé à neuf millions d'euros, le plus gros commis à l'encontre d'un particulier depuis vingt ans en France.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la star s'était fait braquer par cinq hommes dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Deux des voleurs l'avaient menacée avec une arme sur la tempe, avant de la ligoter, de la bâillonner, puis de l'enfermer dans la salle de bain.

Les braqueurs, des truands à l'ancienne, avaient emporté une bague évaluée à près de quatre millions d'euros, ainsi que plusieurs bijoux en diamant et en or. Pour les enquêteurs, une partie importante du butin a été écoulée en Belgique.

L'enquête, qui a permis de retrouver de fortes sommes d'argent, avait conduit à un vaste coup de filet en janvier 2017 et à la mise en examen de dix suspects, dont neuf placés en détention provisoire.

Après un an de bras de fer judiciaire, sept d'entre eux ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

L'enquête avait mis en lumière le profil d'hommes expérimentés et connus depuis longtemps dans le milieu français du banditisme: quatre ont déjà été condamnés dans les années 80 ou 90, pour vol aggravé, braquage ou trafic de stupéfiants.

L'ADN d'un des suspects avait été retrouvé rapidement sur un des liens ayant servi à entraver la starlette, alors âgée de 36 ans. Il avait alors été mis sous surveillance et ses contacts ont permis de remonter au reste de l'équipe.