Monde Selon l'OMS, la Corée du Sud avait en 2015 le 10e taux de suicide le plus élevé au monde.


Parmi les méthodes de suicide les plus utilisées, l'intoxication au monoxyde de carbone par combustion de charbon de bois, qui est en pleine expansion depuis plusieurs années. Totalement inconnue il y a vingt ans, cette méthode s'est répandue à partir de Hong Kong jusqu'au Japon et la Corée du Sud aujourd'hui.

Comment expliquer le phénomène?

Comme le rappelle Slate, en 1998 à Hong Kong, une femme de 35 ans est retrouvée morte. Les médias, qui ont largement relayé ce décès, ont révélé que dans la chambre de la défunte, fermée hermétiquement, se consumait un feu de charbon de bois à côté d'elle.

Présentée comme une manière "glamour" de se suicider, l'intoxication au monoxyde de carbone serait "indolore et non violente".

Suite à cette médiatisation, cette méthode de suicide est devenue la 3e plus utilisée à Hong Kong. En 2001, elle est carrément devenue la 2e méthode la plus utilisée derrière la pendaison.

© AFP
Kim Jong-Hyun, star internationale de la K-pop de 27 ans, mort le 18 décembre dernier par intoxication au monoxyde de carbone.


La faute aux médias?

Depuis la crise financière asiatique, les médias, en plus d'embellir cette manière d'en finir avec la vie, en donne les détails. Un journal hongkongois a même publié sur son site tout le processus pour utiliser cette méthode.

Comme l'explique Slate, cette épidémie s'est naturellement répandue sur l'île de Taïwan de par ses similitudes avec Hong Kong. En 2010, elle représentait 30% du total des suicides.

Un auteur d'une étude sur le sujet met en cause deux facteurs pour expliquer l'étendue du phénomène: "La disponibilité et la désirabilité".

La disponibilité concerne le charbon de bois. À Hong Kong, le produit a été retiré des rayons de supermarchés tandis qu'à Taïwan, des numéros d’aide téléphonique ont été imprimés sur les sacs à côté du slogan "Chérissez la vie".

La désirabilité est favorisée par la croyance toujours répandue dans ces pays asiatiques de l'importance de conserver son apparence physique après la mort, ce que permet l'intoxication au monoxyde de carbone.

Pourtant, les experts et les médias des autres continents s'accordent à dire que ce sont les médias les principaux coupables de l'expansion de cette épidémie. Une étude taïwanaise a révélé que 87% des personnes ayant survécu à une tentative de suicide ont été influencées par les médias.

Poussés par le cas des célébrités

Toujours lié aux médias, le succès de cette méthode s'explique aussi par le fait que plusieurs stars asiatiques l'aient utilisée pour se donner la mort. En 2008, l'acteur sud-coréen Ahn Jae-hwan, 36 ans, se suicidait au charbon de bois. Tout comme le chanteur coréen Kim Jong-Hyun, star internationale de la K-pop de 27 ans, le 18 décembre dernier, et Ahn So Jin, autre star de la K-pop, en 2015. Des décès d'autant plus médiatisés qui risquent d'en influencer d'autres.