Di Rupo : "Erreur d'opposer la rigueur à la relance"

Publié le - Mis à jour le

Monde

L'assainissement budgétaire ne peut être dissocié d'une politique modérée de relance, a résumé le Premier ministre belge lors du sommet européen


BRUXELLES "Ce serait une erreur d'opposer la rigueur à la relance", a affirmé le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, à l'issue d'un dîner des chefs d'Etat et de gouvernement européens consacré à la croissance. Tentant de résumer un échange d'idées informel, M. Di Rupo s'en est tenu au consensus souvent martelé par les institutions de l'UE, selon lequel l'assainissement budgétaire ne peut être dissocié d'une politique modérée de relance.


Il a rappelé les différentes pistes de financement en discussion: "eurobonds", "project bonds", recapitalisation de la Banque européenne d'investissement, implication accrue de la Banque centrale européenne, dont aucune n'a été adoptée mercredi soir.


"Ce n'était pas une réunion de décision. Aujourd'hui, l'objectif était de permettre à chaque pays de s'exprimer", a précisé M. Di Rupo.


Au nom de la Belgique, le Premier ministre a défendu l'émission d'euro-obligations, mais aussi une taxe sur les transactions financières, "un minimum d'harmonisation fiscale" et une plus grande régulation du secteur financier, dont le poids représente désormais une part importante du PIB des Etats, a-t-il souligné.


Il a aussi insisté sur l'importance du financement de l'économie réelle, et notamment des PME. Ces mesures de relance doivent être liées à la poursuite de l'effort d'assainissement et des réformes structurelles. "La Belgique est tout à fait dans cette dynamique", a-t-il dit.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner