Monde Dans le dossier des droits de douane, les Européens sont sidérés par la politique de Trump.

La riposte de l’Union européenne à l’offensive protectionniste américaine sur les droits de douane (acier et aluminium) comporte trois volets.

La Commission européenne a déposé vendredi une plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) contre ces nouveaux droits de douane. Même si l’examen de ce type de plainte peut prendre des années. Le dernier exemple a duré un an et demi et l’OMC avait donné raison à l’Union européenne : George W. Bush avait finalement renoncé à la hausse des droits de douane.

La différence, c’est que Donald Trump a de son côté déjà menacé de quitter l’OMC et bloque la nomination de nouveaux juges au tribunal d’arbitrage.

La Commission européenne a établi une liste de marchandises américaines (bourbon, beurre, cacahuète, motos…) d’une valeur de 2,8 milliards d’euros qui pourraient être soumises à des droits de douane punitifs. La mesure pourrait entrer en vigueur le 20 juin.

Selon les règles de l’OMC, des mesures dites " de sauvegarde" sont possibles si un afflux soudain d’importations perturbe "sérieusement" ou menace de perturber une industrie nationale.

Les membres de cette organisation peuvent " restreindre à titre provisoire les importations d’un produit", via des quotas notamment. L’étude est en cours mais cela pourrait nuire davantage à d’autres pays que les États-Unis. L’UE craint les "effets secondaires" des restrictions américaines à l’importation. Certains pays pourraient en effet réorienter leurs produits vers l’Europe.