Fin de l'attaque d'une pension pour étrangers à Kaboul, les assaillants tués

Publié le - Mis à jour le

Monde

Obama a promis aux Américains "un nouveau jour" après plus d'une décennie de guerre en Afghanistan

KABOUL L'attaque suicide par les talibans d'une pension abritant notamment des employés étrangers de l'Union européenne et de l'ONU à Kaboul a pris fin mercredi et tous les assaillants ont été tués, a assuré un porte-parole de la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf).

Un kamikaze avait précipité son véhicule piégé contre l'entrée de l'établissement, le Green Village, tuant cinq passants afghans ainsi qu'un garde de sécurité dont la nationalité n'est pas connue. Au moins deux autres explosions avaient ensuite retenti dans l'enceinte de la pension.

"Les forces de sécurité afghanes ont riposté rapidement et avec efficacité pour contenir l'attaque et tué tous les assaillants", a précisé dans un communiqué le général allemand Carsten Jacobson, porte-parole de l'Isaf.

Selon l'Isaf, cette attaque n'a fait que des "victimes civiles afghanes", dont des enfants blessés.
Les talibans ont revendiqué l'attaque alors qu'elle était encore en cours, assurant s'en être pris à une "base militaire étrangère".

Ce nouvel assaut audacieux en plein coeur d'une capitale pourtant truffée de barrages et de soldats et policiers en armes est survenue quelques heures après la visite surprise à Kaboul du président américain Barack Obama, venu promettre la fin prochaine de la guerre. L'insurrection menée par les talibans s'est considérablement intensifiée ces trois dernières années et étendue à la quasi-totalité du territoire.

Les quelque 130.000 soldats combattants de l'Isaf, américains pour plus des deux tiers, doivent avoir quitté l'Afghanistan d'ici à fin 2014, date à laquelle la totalité de la responsabilité de la sécurité du pays aura été transférée aux Afghans, une gageure pour les experts unanimes.

Al-Qaïda est "à notre portée"

"Le but que j'ai fixé de vaincre Al-Qaïda et de l'empêcher de se reconstituer est désormais à notre portée", a déclaré M. Obama lors de cette allocution solennelle destinée à ses compatriotes.

Le président, qui s'exprimait depuis la base aérienne de Bagram, à 50 km de Kaboul, a rappelé que des négociations étaient en cours avec les talibans.
"Nous avons dit clairement qu'ils pouvaient compter à l'avenir s'ils rompaient avec Al-Qaïda et respectaient les lois afghanes. Nombreux sont leurs membres qui ont manifesté de l'intérêt pour une réconciliation. La voie de la paix est toute tracée devant eux", a ajouté M. Obama. Mais "ceux qui refusent de l'emprunter se retrouveront face à des forces de sécurité afghanes solides, soutenues par les Etats-Unis et nos alliés".

Au delà de la situation sur le terrain, M. Obama a surtout essayé de s'adresser à ses compatriotes, près de 11 ans après que les Etats-Unis ont envahi l'Afghanistan dans la foulée du 11-Septembre, renversant le régime des talibans.

"Je ne laisserai pas des Américains en danger un seul jour de plus qu'absolument nécessaire pour notre sécurité nationale. Mais nous devons finir le travail que nous avons entrepris en Afghanistan et mettre fin à cette guerre de façon responsable", a-t-il plaidé.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner