Monde

Le secrétaire d'État à la Migration, Theo Francken (N-VA), a répondu à quelques questions de la DH.

Elio Di Rupo (PS), bourgmestre de Mons, s'est récemment prononcé concernant les visites domiciliaires, en les qualifiant de « rafles ». Un situation dénoncée par son opposant, Georges-Louis Bouchez (MR) qui parle « de propos mensongers ».

« Les contrôles d'adresse, la police en fait 2.000 par an. A Mons également, via la police communale. Quand une personne ouvre la porte et que la police trouve des migrants illégaux, on les expulse. Cela se passait déjà comme cela lorsque qu'Elio Di Rupo était Premier ministre, et avant lui. Sur ce texte, nous avions une discussion juridique, sur la base légale, afin d'obtenir plus de sécurité juridique dans ces visites domiciliaires. Pour clarifier la situation. En fait, parler de « rafle » est un amalgame gigantesque. Si j'avais fait pareil méprise en tant que membre de l'opposition, les médias m'auraient tué. »

Vous, plus qu'un autre ?

(...)