Monde Disparue dans la nuit du 26 au 27 août, la petite Maëlys demeure introuvable. Le principal suspect, Nordahl L., continue de clamer son innocence. Pourtant...

Malgré un dispositif important mis en place par les autorités sur une large zone balayant les environs de la salle des fêtes où s'est déroulée la soirée de mariage au cours de laquelle la fillette de 9 ans a disparu, les recherches n'ont rien donné ou presque. Où est Maëlys ? Nordahl L. est-il bien le responsable de sa disparition ? Tout semble indiquer qu'il n'y est, en tous cas, pas étranger.

Tout d'abord, cet ancien militaire de 34 ans et "ami" du marié s'est imposé à la soirée de mariage. Présent au dessert, le principal suspect a passé du temps à parler de ses chiens avec la fillette de 9 ans ainsi qu'avec sa mère. Il a également été aperçu à de nombreuses reprises dans la salle où les enfants dormaient, principalement auprès de Maëlys. Dès que la disparition a été constatée par ses parents, la mère de Maëlys cherche directement Nordahl L. dont le comportement lui avait semblé étrange. Présent sur les lieux, il se désintéressera des recherches entamées par l'ensemble des convives.

Des zones d'ombre qui ne plaident pas en sa faveur

En premier lieu, Nordahl L. a nié face aux enquêteurs que la fillette était montée dans sa voiture. Ce n'est qu'une fois la trace ADN de Maëlys retrouvée sur une commande du tableau de bord de sa voiture qu'il finira par avouer qu'elle était bien venue " voir si ses chiens étaient dans le coffre " en compagnie d'un petit garçon blond qui n'a apparemment jamais existé...

Autre élément troublant, les allées et venues du trentenaire au cours de la soirée. D'après lui, il aurait fait des trajets pour alimenter les convives en cocaïne. Il serait également repassé par son domicile afin de changer de short après avoir renversé du vin sur celui-ci. Étrangement, ce short n'a pas été retrouvé et aurait finalement été " jeté dans une poubelle publique " par Nordahl L. Son avocat assure que ces faits se sont déroulés " avant 3 heures du matin et la disparition de l'enfant. "

Ce n'est pas tout puisque l'ex-militaire a jugé bon de taire l'existence d'un second téléphone portable aux enquêteurs, avant d'avouer que celui-ci servait à son petit trafic.

Les soupçons se renforcent encore un peu plus après que les images de vidéosurveillance d'une station de lavage ont montré le principal suspect récurer pendant une heure et demi sa voiture, en insistant particulièrement sur le coffre et la porte côté passager. Des images et un comportement troublants que Nordahl L. justifiera par la mise en vente de sa voiture. Une thèse confirmée par un acheteur potentiel.

Enfin, des griffes ont été relevées sur l'un de ses bras ainsi que sur l'un de ses genoux. D'après lui, il se serait blessé en taillant des framboisiers peu de jours avant le mariage... Cette fois-ci son explication ne tient pas puisque sa mère assure que son fils n'a jamais jardiné.

Son avocat martèle néanmoins que "ce n'est pas parce qu'il y a des zones d'ombre que cela constitue des charges." Mis en examen, Nordahl L. bénéficie toujours de la présomption d'innocence.