Monde Hier, 12 avril, Disneyland Paris a eu très exactement 25 ans. Nous y étions…

C’est aux petites heures qu’on laisse la grisaille sur la E19 pour rejoindre le ciel bleu azur et ensoleillé en terre francilienne. Il est tôt, trop tôt, normalement, pour pouvoir pénétrer dans le parc Disneyland, à Marne-La-Vallée. L’heure d’ouverture, c’est 10 h, sauf pour les plus téméraires des visiteurs séjournant dans l’un des hôtels Disney, tous complets qui, eux peuvent pénétrer dans l’écrin dès 8 h. Seulement, ce jeudi, ce n’était pas une journée normale à Disneyland Paris. Nous sommes le 12 avril 2017. Soit 25 ans, jour pour jour, après l’inauguration du premier et unique parc thématique Disney sur le Vieux Continent ! Et si le quart de siècle européen de Mickey est un événement qui sera fêté toute la saison, Disney avait bien l’intention de faire de cette journée un moment à part…

Amassée dès 7 h aux grilles d’entrée, hilare, une foule dense s’agglutine déjà, et hume le parfum spécial qui flottera sur cette journée. Dès l’ouverture, ça court, en criant, direction Central Plaza, la place devant le Château de la Belle au Bois dormant. Juste le temps de récupérer le programme (unique et spécialement imprimé pour l’occasion) et le badge offert aux entrants (seulement ce 12 avril, ça sent le collector…) que la Grande Célébration débute devant le Château. Un spectacle inédit, joué une seule et unique fois, et qui a mis en scène plus de soixante (!) personnages Disney, dont de nombreux jamais vus dans le parc.

Catherine Powell, PDG de la première destination touristique européenne, employeur de 15.000 âmes exerçant 500 métiers, est venue offrir aux visiteurs un discours et des remerciements bien de circonstance. "À 25 ans, on a la vie devant soi et des rêves plein la tête…", a-t-elle conclu, ne cachant pas qu’elle avait "la chair de poulet" (sic) de voir le chemin accompli. Elle a aussi remercié les travailleurs - "castmembers", dans le jargon Disney - qui le lui ont bien rendu en réalisant une… parade qui aura supris plus d’un visiteur.

Prochaine étape, pour le complexe ? L’arrivée d’attractions Marvel. Mais cela, c’est plutôt réservé au Parc Studios. Qui, au passage… fête ses 15 ans !

"Je me lève chaque jour pour une boîte dont je suis fan"

Actif au département Relations Visiteurs, Mike fait partie des 130 Belges qui s’épanouissent à Disneyland Paris

"Je suis un fou de Disney. J’ai attrapé le virus enfant, avec les VHS de Peter Pan, Alice et bien d’autres. Au départ, ça devait être un job d’un an, deux maximum… Aujourd’hui, ça fait onze ans que je travaille ici, et avec l’enthousiasme que je ressens, et la grande mobilité professionnelle que permet l’entreprise, je ne me vois pas partir !" Michael, 35 ans, quadrilingue, a quitté son fief malinois et la Belgique pour le Royaume parisien de Mickey à l’aube du… 15e anniversaire du parc. "J’ai commencé par réaliser des enquêtes de satisfaction. Et je n’ai pas encore vécu une journée semblable à l’autre ici…"

Comme 130 Belges (ce qui, sur 15.000 castmembers, n’est pas si énorme vu la proximité linguistique et géographique) qui s’organisent parfois des soirées belgitude, il a fait le choix de travailler pour la firme aux grandes oreilles, à Paris. En l’occurrence, au département Relations Visiteurs, dans le parc. Accueil des visiteurs, aide pour les personnes à mobilité réduite, réservations de restaurants, animateur de visites guidées dans le parc ("J’adore, on se sent comme une courroie de transmission entre Walt Disney et nos visiteurs !") ou de tours VIP avec des célébrités, formateur… Les journées de Michael sont chargées.

Le seul bémol, dans tout cela ? "Oui, la Belgique me manque un peu… C’était impensable que je loupe le jour J du 25e, mais, demain, je redescends en Belgique pour quelques jours off. Ce qui me manque le plus ? Ma famille, bien sûr. Et, sorry pour le cliché, les… fritkots !"