Monde En France, ne pas laisser traverser peut désormais coûter jusqu’à 750 euros d’amende.

La politique de la sécurité routière en France est clairement orientée vers une plus grande sévérité depuis de nombreuses années. Une sévérité qui a fait ses preuves notamment avec les nombreux radars qui ont été installés sur tout le territoire. Mais si le mauvais comportement de la vitesse excessive est bien pris en main, l’État français a décidé de s’attaquer à d’autres comportements.

Parmi eux, le fait de ne pas laisser traverser un piéton qui manifeste son intention devant un passage clouté.

Le code de la route français, comme en Belgique du reste, indique que l’automobiliste doit s’arrêter devant un passage piéton sans feux de signalisation dès qu’un piéton manifeste son intention de l’emprunter.

Jusqu’ici, la France considérait cette infraction comme légère et elle était sanctionnée à hauteur de 125 euros.

Depuis le 1er novembre, cette infraction est considérée au même niveau que la conduite sous influence, le grand excès de vitesse ou le délit de fuite et l’amende peut aller jusque 750 euros.

Paris est la première concernée par cette nouvelle mesure puisque c’est là que sont tués la moitié des piétons français qui perdent la vie sur un passage piéton. Intéressant à savoir pour nous Belges qui comptons peut-être nous rendre en voiture découvrir la féérie de Noël dans la Ville lumière.

Surtout que la police a prévu les gros moyens. En effet, pas besoin de placer un agent devant chaque passage pour piétons puisque la France est en avance sur nous pour la vidéoverbalisation. Cela signifie que le policier ne doit plus être présent à l’endroit de l’infraction. Les nombreuses caméras intelligentes qui quadrillent la capitale pourront donc dresser des P.-V. y compris aux automobilistes étrangers.

En Belgique, on dénombre environ 1.500 P.-V. par an pour ce type d’infraction.

Cela fait environ quatre par jour. C’est assez peu. L’amende est de 174 euros chez nous où un tiers des accidents impliquant des piétons se produisent sur un passage clouté.

Petit rappel utile, il n’y a pas que les automobilistes qui doivent se montrer courtois. Les deux-roues, motorisés ou non, doivent également céder la priorité aux piétons qui restent l’usager le plus faible de la route.