Monde Le Youtubeur Squeezie dénonçait récemment le fait que certains vidéastes renommés utilisaient leur influence et leur notoriété pour obtenir des faveurs sexuelles.

"Les YouTubers (y compris ceux qui crient sur tous les toits qu’ils sont féministes) qui profitent de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapports sexuels, on vous voit, la vérité finit toujours par éclater."


France Info a enquêté suite à ce tweet qui a enflammé la toile pour obtenir huit témoignages de collégiennes ou lycéennes, âgées de 12 à 18 ans.

Angèle qui était âgée de 15 ans au moment des faits accuse un Youtubeur de harcèlement sexuel sur Instagram, Snapchat. "Il me disait qu'il aimait mes fesses, que j'étais magnifique, qu'il me voyait bien avec telle ou telle culotte."

Elle affirme avoir reçu une photo du Youtubeur âgé de 30 ans de lui nu.

Marie*, de son côté, 15 ans à l'époque et majeure aujourd'hui, est tombée "amoureuse" d'un Youtubeur comptant plus de deux millions d'abonnés. "Il voulait une vidéo de moi dans laquelle je me touchais", témoigne-t-elle. "Il me disait que si je n'acceptais pas, il arrêterait de me parler. Moi, je ne voulais pas qu'il arrête de parler." Face aux menaces du Youtubeur, l'adolescente succombera et lui enverra des photos d'elle nue. 

D'autres seraient allés plus loin. Pauline* s'est faite insulter pour avoir refusé les avances d'un youtubeur de29 ans spécialisé dans les Pokémon. "Il a contacté tous mes amis, ma cousine, il créait des faux comptes, il appelait chez moi. Une fois, ma mère a décroché, il l'a traitée de tous les noms."

*Les prénoms ont été modifiés