Monde

Le maire de Nantes a été nommé premier ministre par François Hollande. Un choix stratégique

PARIS Le président Hollande a tranché. Son premier ministre s’appelle Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes depuis des lustres, ce sexagénaire n’avait, comme son illustre patron, jamais exercé de postes d’envergure jusqu’ici.

Qu’importe, les deux hommes se connaissent depuis des années et Hollande doit avoir apprécié le soutien inconditionnel de cet homme qui dirige les rangs socialistes à l’Assemblée nationale.

Un atout important à la veille des législatives de juin qui s’annoncent délicates.

Les noms de deux autres favoris circulaient avec insistance. Mais tant Manuel Valls que Martine Aubry ne pouvaient se prévaloir du lien personnel qui existe entre Hollande et Ayrault.

En plus, Valls devrait recevoir un maroquin (l’Intérieur ?) qui lui conviendrait mieux dans un premier temps et pourrait toujours demeurer en réserve de la République pour ce poste de chef de gouvernement, si le président devait envoyer des messages rassurants sur son aile droite ou, plus largement, au niveau européen.

C’est l’exact contraire de la première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry qui apparaissait comme le symbole d’une gauche bien – trop – ancrée à gauche dans le climat européen actuel. En plus, même si le couple Hollande – Aubry n’a montré aucun signe de tension depuis la fin de la primaire : ces deux-là sont incompatibles sur le long terme.

Et François Hollande n’a certainement pas envie de débuter son quinquennat en devant trop se méfier de son propre camp.

Le choix de Jean-Marc Ayrault (JMA pour les intimes) est aussi la preuve que Hollande ne se laisse dicter sa partition par personne et surtout pas par l’establishment socialiste qui, jusqu’à la fin des primaires ne lui a fait aucun cadeau.


© La Dernière Heure 2012