Monde Il y a 20 ans, le célèbre créateur était assassiné sur le pas de sa porte par le tueur en série Andrew Cunanan.

À quoi pouvait-il encore rêver ? Riche à millions, créateur d’une marque de haute couture célèbre dans le monde entier, encore jeune (50 ans), il sort, ce 15 juillet 1997, sur le pas de son palace de Miami Beach. L’empereur de la mode avait dépensé 32 millions de dollars pour rénover les 5.800 mètres carrés de son palais renommé Casa Casuarina. Ses mosaïques importées d’Italie sont entrelacées de fil d’or, les dizaines de chambres accueillent des œuvres d’art de toutes époques. Les plafonds sont réhaussés de fresques d’anges dénudés. Les toilettes sont en or massif.

La marque Versace pèse un milliard de dollars et le patron, Gianni, est l’homme qui habille Lady Diana. Il est le meilleur ami d’Elton John. Il a tout fait, tout réussi, accompli ses rêves les plus fous.

Alors ce matin-là, il laisse son compagnon Antonio D’Amico, avec qui il est en couple depuis 1982, dormir dans le lit commun. Et Gianni sort sur le perron et file chez son libraire pour acheter sa presse quotidienne. Des magazines de mode bien sûr (Vogue, People…) et d’actualité (Newsweek, The New Yorker…). Magazines sous le bras, en short et t-shirt, il rentre à chez lui, monte les marches de son palace rutilant. Il est 8h45

Il entend un bruit derrière lui et se retourne. Il peut voir, l’espace d’un instant, le visage de son tueur. Un jeune homme brun de 27 ans, plutôt beau garçon, portant lunettes. On ne sait pas si des mots ont été échangés. Probablement pas. Le jeune homme, pose le canon de son calibre .40 sur la joue du couturier. Il presse sur la détente. Versace s’écroule. Un second projectile lui traverse le cou.

Le tireur s’enfuit. Les secours n’y pourront rien, Gianni Versace est mort. Victime d’un tueur en série.

L’homme qui a tiré a parachevé une macabre séquence de meurtres. Il s’appelle Andrew Cunanan. Au moins cinq réalisés en moins de trois mois. Quand il a abattu Gianni Versace, il était déjà poursuivi depuis deux mois par le FBI, bien incapable de le tracer.

L’homme n’aura pas de procès. Neuf jours après l’assassinat, il se trouve au second étage d’une de ces maisons flottantes typiques de Miami. Assis sur son lit, il se donne la mort. Une balle dans la bouche, tirée avec l’arme volée à sa première victime, et qui lui a servi à tuer toutes les autres. Il ne laisse aucune lettre de suicide ni de possessions. Ce qui fait que ses motivations sont encore aujourd’hui mystérieuses.

La série de crimes a débuté le 27 avril 1997 quand Cunanan tue son amant à coups de marteau, vraisemblablement par jalousie. Andrew Cunanan, jeune homme particulièrement brillant (147 de QI), était devenu gigolo auprès de riches hommes passablement âgés. Après avoir tué par balles un client, il s’est attaqué à un richissime promoteur immobilier de 72 ans, Lee Miglin, qu’il a tué à coup de tournevis et de scie à métaux, à Chicago. Après son quatrième meurtre, il s’est caché deux mois durant au soleil, à Miami. Jusqu’au meurtre de Gianni Versace. Après celui-ci, le nom de Cunanan fut diffusé dans la presse. Il n’avait plus d’échappatoire.

Qu’a-t-il voulu tuer avec Gianni Versace ? L’empereur de la haute couture et du clinquant dérisoire ? L’icône gay ? Le symbole de la richesse stupidement ostentatoire ? Ou un amant éconduit ? Les questions restent sans réponses. Gianni Versace, l’un des grands noms de la mode du XXe siècle, resté célèbre encore aujourd’hui, est mort assassiné il y a 20 ans et personne ne sait vraiment pourquoi.