Monde

Les scènes de violences à Charlottesville, en Virginie, interpellent après la manifestation des suprémacistes blancs. Et la virulente sortie du président américain provoque un certain malaise.  

Donald Trump cultive en effet un véritable flou autour de ces événements qui ont causé la mort d'une jeune femme et fait plusieurs blessés. Il y a presque un an, le 25 août 2016, son adversaire à la présidentielle, Hillary Clinton, avertissait les électeurs sur la menace suprémaciste blanche et les dangers de l'extrême droite en cas de victoire du Républicain. 

"Son mépris pour les valeurs qui rendent notre pays grand est profondément dangereux (...) Il renforce les stéréotypes nocifs et lance ainsi un message subliminal à ses soutiens les plus haineux. C'est un aperçu troublant du président qu'il pourrait être", dénonçait-elle à Reno au Nevada. La Démocrate a accusé Donald Trump de s'associer à la "droite alternative", une mouvance d'extrême droite nationaliste et raciste qui répand sur internet de multiples théories du complot.