Monde

Environ 10.000 personnes ont été évacuées dans la nuit de mardi à mercredi dans le sud-est de la France en raison d'un violent incendie près de Bormes-les-Mimosas, a-t-on appris mercredi auprès des pompiers.

"L'incendie est parti vers minuit (...) Les évacuations, au moins 10.000, ont suivi la progression du feu. C'est une zone habitée qui double ou triple sa population l'été", ont déclaré les pompiers du Var à l'AFP.

Sur ces 10.000 personnes évacuées, environ 3.000 sont des campeurs.


Selon un communiqué de la préfecture du Var, en raison d'une propagation violente des flammes due au vent, environ 800 hectares ont déjà brûlé. Les opérations de secours mobilisent 540 pompiers ainsi que des moyens aériens.

"Le vent souffle avec des rafales de 60 à 70 km/h" et devrait "baisser d'un cran (rafales de 40-50 km/h) dans la matinée", a-t-on indiqué à la préfecture.

Depuis lundi, les feux ne cessent de se multiplier dans le sud-est de la France, sur le littoral méditerranéen, et en Corse, brûlant plus de 4.000 hectares en deux jours.


4.000 hectares de forêts détruits

Près de 4.000 hectares partis en fumée, une vingtaine de secouristes blessés: les pompiers ont lutté mardi pour la deuxième journée consécutive contre des incendies, toujours attisés par des vents violents, en Corse et dans le sud-est de la France, le Var étant particulièrement affecté.

La plupart de ces incendies étaient contenus mais celui d'Artigues dans l'ouest du Var menaçait encore des habitations mardi en fin de journée à Seillons-Source-d'Argens, et des évacuations ont eu lieu.

Pour venir à bout de ces feux destructeurs depuis deux jours, "la France a sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l'aide européenne. En fin de journée, un premier avion prêté par l'Italie est arrivé en Corse en provenance de Gênes, a indiqué le préfet de Haute-Corse sur Twitter.

Au total, 19 avions bombardiers d'eau --10 Canadair, 7 Tracker et 2 Dash-- avaient été engagés jusqu'ici pour aider plus de 4.000 pompiers et militaires de la Sécurité civile, a précisé le ministère de l'Intérieur dans un tweet.

Au moins 7 pompiers ont été légèrement blessés et un autre a été brûlé au second degré dans le Var, et 15 policiers, dont 11 CRS, ont été légèrement intoxiqués par des fumées en Corse.


Selon un bilan provisoire des autorités, 1.800 hectares ont brûlé en Haute-Corse où le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb est arrivé dans la soirée, 865 dans le sud du Vaucluse, près de Mirabeau, 500 à la Croix-Valmer (Var), 850 à Artigues (Var). Plusieurs départs de feu ont eu lieu dans plusieurs communes comme à Fréjus, ou à Propriano.

A La Croix-Valmer, près de Saint-Tropez, le feu en cours depuis lundi soir, "n'avance plus", a déclaré le commandant François Barety, chef du poste de commandement établi à Ramatuelle. "De fait, on n'a plus d'habitations directement menacées", a-t-il dit.

La forêt du Conservatoire du littoral a payé un lourd tribut dans ce secteur. "Ce n'est pas une catastrophe écologique, mais c'est une catastrophe", a affirmé à l'AFP François Fouchier, délégué régional du Conservatoire du littoral.

"Il est à craindre que localement, la survie de tortues terrestres d'Hermann soit hypothéquée", redoute-t-il. La zone abrite d'autres espèces endémiques comme des lézards verts.

Dans le sud du Luberon (Vaucluse), le feu était contenu, mais toujours actif sur le flanc gauche, en direction de Mirabeau, selon la préfecture.

Dans les Alpes-Maritimes où 80 hectares ont brûlé lundi à Carros, le maire Charles Scibetta a décrit "un paysage lunaire".

Dans les Corbières maritimes audoises, un feu a détruit 50 hectares de pinède et garrigue, avant d'être maîtrisé en fin de journée.