Monde

Emmanuel Macron s'est fait siffler pendant plusieurs minutes samedi au salon de l'Agriculture, lors de sa première visite en tant que président de la République, et des militants de la cause vegan ont tenté de l'interpeller, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les sifflets émanaient de membres des Jeunes agriculteurs (JA) qui ont brandi des T-shirts portant l'inscription "Attention agriculteurs en colère". Plus tôt, le président avait été accueilli par des agriculteurs déguisés, mais aussi par des applaudissements.

Une dizaine de membres des JA d'Ile-de-France ont manifesté en sifflant devant le stand d'Inaporc (interprofession porcine) mais une centaine d'entre eux (éleveurs, maraîchers...) étaient répartis en différents endroits du salon, sur le passage du chef de l'Etat, selon Thibault Guilvert, secrétaire général des JA de Seine-et-Marne.

Des sifflets ont d'ailleurs à nouveau retenti quand M. Macron visitait le stand d'Interbev (interprofession bétail et viande).

"Macron est un menteur, car il ne respecte pas ses engagements de campagne", a estimé M. Guilvert: "Au final il n'en fait qu'à sa tête. Sur le glyphosate, quand l'Europe dit +5 ans+, lui dit 3 ans."

Le président est allé à la rencontre de certains des siffleurs, des céréaliers qui protestaient contre la fin du glyphosate et contre la viande aux hormones qui risque d'être importée avec l'accord de libre-échange en négociations entre l'UE et le Mercosur.

"Je vous engueule parce que je n'aime pas qu'on me siffle derrière; mais après je viens vous voir et on s'explique", leur a-t-il dit, promettant que "personne ne sera laissé sans solution". Comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessous, l'échange a été quelque peu musclé et Macron est apparu un peu énervé.


Une quinzaine de militants de l'association pro-vegan 269 libération animale ont aussi manifesté très brièvement, au moment où M. Macron se trouvait dans le stand Interbev.

"Nous ne voulons pas de de cette tradition qui fait trois millions de victimes par jour et qu'on appelle l'élevage", ou "Débarrassons notre agriculture de cette exploitation animale", scandaient les militants, répétant les slogans inscrits sur leur pancartes, avant de se faire expulser manu militari du pavillon d'exposition, apparemment par des éleveurs.