Monde

L'ex-ministre français de l'Intérieur Claude Guéant a été placé en garde à vue dans l'affaire du "Kazakhgate" qui concerne la France, la Belgique et le Kazakhstan, annonce sur son site internet Le Journal du dimanche.

L'homme a été interrogé la semaine dernière par les enquêteurs sur son rôle dans ce dossier, révèle le journal français. À l'issue de son interrogatoire à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), il est reparti libre. Il pourrait toutefois être convoqué ultérieurement par le juge d'instruction en vue d'une mise en examen.

Le Kazakghate fait référence aux circonstances douteuses dans lesquelles la Belgique s'est dotée en 2011 d'une loi sur la transaction pénale élargie, loi qui a immédiatement été appliquée à trois milliardaires kazakhs.

Le pouvoir français est suspecté d'avoir fait pression sur des parlementaires belges pour favoriser ce dispositif, et obtenir en contrepartie un volumineux contrat d'hélicoptères. Un ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Jean-François Étienne des Rosaies a été mis en examen, de même que l'ancien sénateur (UMP) Aymeri de Montesquiou. Les enquêteurs s'intéressent aux liens que les deux hommes ont pu entretenir avec Claude Guéant pendant cette période. Celui-ci conteste toute irrégularité, comme il l'avait fait devant le Parlement belge, qui l'a entendu en mai 2017, conclut Le Journal du dimanche.