Monde

L'Espagne a accepté d'accueillir le navire transportant les 629 migrants secourus au large de la Libye, dont le sort était l'enjeu d'un bras de fer entre Malte et l'Italie, a annoncé lundi le gouvernement de Pedro Sanchez. 

"Le président du gouvernement Pedro Sanchez a donné des instructions pour que l'Espagne honore les engagements internationaux en matière de crise humanitaire et a annoncé qu'elle accueillerait dans un port espagnol le navire Aquarius dans lequel se trouvent plus de 600 personnes abandonnées à leur sort en Méditerranée", indique un communiqué de la présidence du gouvernement.

"Il est de notre obligation d'aider à éviter une catastrophe humanitaire et d'offrir un 'port sûr' à ces personnes", ajoute le communiqué, en précisant que le port de Valence (est) avait été choisi comme destination de l'Aquarius.

Navire affrété par l'ONG française SOS Méditerranée et se trouvant en stand by au large de Malte, l'Aquarius était, avant l'annonce de M. Sanchez, au centre d'un bras de fer entre la petite île méditerranéenne et l'Italie qui ont décidé tous deux de fermer leurs ports malgré les appels internationaux à accueillir ces migrants.

La Commission européenne a notamment appelé à un "règlement rapide" de ce bras de fer en Méditerranée, tout comme un porte-parole du gouvernement allemand, qui en a appelé au devoir "humanitaire" et au sens de la responsabilité de toutes les parties.

Le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR) s'était lui montré plus direct en enjoignant Malte et l'Italie à autoriser "immédiatement" le débarquement de ces 629 migrants, dont sept femmes enceintes, 11 enfants en bas âge et 123 mineurs isolés.

Malte va envoyer des ravitaillements au navire

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat a annoncé lundi que son pays enverrait des ravitaillements au navire Aquarius, bloqué au large de cette île méditerranéenne après avoir secouru 629 migrants au large de la Libye. "Malte va envoyer des ravitaillements frais au navire. Il faudra s'assoir et discuter sur la manière de prévenir à l'avenir ce genre d'événement. C'est une question européenne", a écrit M. Muscat sur Twitter, en allusion au bras de fer opposant Malte à Rome, les deux pays ayant fermé leurs ports à ce bateau affrété par une ONG pour venir en aide aux migrants en Méditerranée.

L'Espagne a annoncé lundi son intention d'accueillir le navire.

L'Italien Salvini crie victoire et prévient les autres navires

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, a crié victoire lundi après que l'Espagne eut annoncé son intention d'accueillir un navire chargé de migrants bloqué au large de Malte, et averti les autres navires des ONG qu'ils risquaient de connaître la même situation. "VICTOIRE", a lancé, en majuscules, sur Twitter M. Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite) après deux jours de crise en Méditerranée autour du sort de 629 migrants, secourus par l'Aquarius, navire affrété par une ONG française, au large de la Libye.

Le gouvernement socialiste espagnol de Pedro Sanchez s'est déclaré prêt à accueillir l'Aquarius à Valence (est).

"De mémoire de citoyen, c'est la première fois qu'un bateau ayant secouru des migrants en Libye les débarquera dans un autre port qu'un port italien, c'est le signe que quelque chose est en train de changer", s'est félicité M. Salvini lors d'une conférence de presse à Milan.

L'Italie considère qu'elle est laissée seule à la manoeuvre dans la gestion de la crise migratoire sans aide ses partenaires en Europe et M. Salvini s'est également réjoui d'"avoir ouvert un front en Europe" sur ce problème.

Le nouveau ministre de l'Intérieur arrivé au pouvoir il y a un peu plus d'une semaine avec le Mouvement cinq étoiles (M5S, antisystème) a promis d'enrayer le flux migratoire à destination de l'Italie et d'expulser les clandestins.

Après s'être félicité de l'issue de ce bras de fer entre l'Italie et Malte, qui refusait elle aussi d'ouvrir ses ports, M. Salvini a prévenu que les navires des ONG venant en aide aux migrants au large de la Libye seraient confrontés à la même situation.

Un navire de l'ONG allemande Sea Watch est arrivé lundi devant les côtes libyennes mais il a fait savoir en cours de journée qu'il n'avait encore procédé à aucune opération de secours. " Je veux mettre fin à ce trafic d'êtres humains", a encore affirmé M. Salvini, ajoutant que le "problème serait soulevé pour tous les navires qui suivront" l'Aquarius.

Ce dernier n'a toujours pas indiqué s'il entendait faire route vers l'Espagne comme l'a proposé le gouvernement de Pedro Sanchez.