Monde Ce service va enregistrer et traiter des données des passagers.

L’unité d’Information Passagers est officiellement lancée ce lundi après plusieurs mois de tests. Il s’agit d’un service de soutien au sein du Centre de crise où les employés de la police fédérale, de la sûreté de l’État, du renseignement militaire et des services douaniers travailleront ensemble dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. "Cette unité transmettra toutes les listes de passagers aériens internationaux. À partir de là, il y aura une analyse des bases de données des quatre organismes de sécurité impliqués", explique Olivier Van Raemdonck, porte-parole du ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N- VA).

Chaque personne qui se rendra dans notre pays par avion sera dorénavant contrôlée par ces quatre services de sécurité centralisés par l’unité d’Information Passagers. Les listes de voyageurs arrivent dans ce nouveau service 48 heures avant le départ des avions. Mais le service est également prêt pour les réservations de dernière minute.

Les pôles de sécurité gèrent leurs propres listes, mais les autres services sont automatiquement informés lorsqu’un voyageur se trouve sur une liste différente. "La coopération entre les quatre services de sécurité est un outil extrêmement puissant. Ils sont physiquement proches grâce à cette unité. Nous pouvons travailler ensemble plus vite et mieux", explique Gunther Cuppens, le grand patron de l’unité de renseignements des passagers.

Ce système axé sur les bases de données des passagers sera également appliqué au trafic international des trains, des bus et des bateaux dans un proche avenir. "Lorsque le train, le bus et le trafic bateau sera également d’application, le nombre d’analystes de l’unité sera considérablement augmenté. L’Europe a besoin de ce système pour l’aviation, mais nous voulons tout surveiller", explique Olivier Van Raemdonck.

Il existe actuellement des tests avec les listes de passagers pour le trafic ferroviaire. C’est notamment le cas pour l’Eurostar. "Pour les bus et les voyages en bateau, nous travaillons pour trouver des accords avec les secteurs concernés. Mais notre ambition est d’intégrer rapidement autant que possible les différentes méthodes de voyage."

L’unité d’Information Passagers a déjà permis deux premières arrestations durant sa phase test la semaine dernière.