La Belgique va réinstaller une centaine de réfugiés

Publié le - Mis à jour le

Monde

Comme d’autres pays européens, nous accueillerons des réfugiés en situation précaire dans leur pays. Des ONG s’en félicitent

BRUXELLES La Belgique va accueillir en 2013 une centaine de réfugiés, dans le cadre d’un programme de réinstallation de l’Union européenne, a annoncé à la Commission européenne la secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Maggie De Block (Open VLD).

Ces réfugiés se trouvent dans une situation précaire, souvent dans des camps, et leur vie est en danger tant dans leur pays d’origine que dans leur lieu de séjour actuel.

“Ils ont vraiment besoin de notre aide. Il s’agit de réfugiés qui n’ont pas la possibilité de venir ici par eux-mêmes et n’ont nulle part ailleurs où aller” , a expliqué Mme De Block.

Durant les quatre à six semaines après leur arrivée, Fedasil les accueillera dans un centre ouvert. Ils seront ensuite transférés dans des logements du CPAS. L’objectif est de rapidement leur permettre de s’intégrer. Pour ce faire, la Belgique recevra 6.000 euros par personne accueillie, de la part du Fonds européen.

Il peut s’agir, par exemple, de réfugiés congolais de la région des Grands Lacs, d’Irakiens qui séjournent actuellement en Turquie, en Syrie ou au Liban, de Somaliens et d’Afghans. La Belgique a déjà pris part à deux reprises par le passé à des programmes de réinstallation.

Deux ONG défendant la cause des réfugiés, le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen, se sont réjouies de cette initiative : “La Belgique se montre ainsi solidaire des pays en développement, qui accueillent la plupart des réfugiés” . La centaine de réfugiés envisagés représente, selon elles, “un groupe significatif” . “Nous espérons que cela préfigure le début d’un engagement structurel de la Belgique en matière de réinstallation à long terme.”

Des pays comme les Pays-Bas, le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède réinstallent déjà chaque année des réfugiés via des programmes structurels.

Toutefois, même si tous les États européens peuvent accueillir des réfugiés dans ce cadre, nous réinstallons moins de réfugiés que, par exemple, les États-Unis, le Canada ou l’Australie. À eux seuls, les États-Unis ont déjà réinstallé plus de 70.000 réfugiés en 2010 sur un total de 98.000 réfugiés réinstallés dans le monde.

Les deux associations expliquent que 80 % des réfugiés dans le monde ne frappent pas à la porte de l’Europe mais fuient vers des pays voisins de leur pays d’origine tels que le Pakistan, l’Iran et la Syrie. “Ils y vivent dans des conditions difficiles, entassés dans des camps où ils se trouvent sans protection ni possibilité de reconstruire leur vie. C’est pourquoi le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés demande chaque année aux autres États d’accueillir une partie d’entre eux, notamment les plus vulnérables, et de leur offrir la possibilité d’un nouveau départ.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner