Monde C'est le jour de vérité...

Carles Puigdemont va-t-il franchir le Rubicon en déclarant l’indépendance de la Catalogne ?

C’est fort probable, même si de nombreuses voix se sont élevées en Espagne, mais aussi en Catalogne, en faveur de la concertation entre la région autonome et le gouvernement de Madrid, garant de l’intégrité du territoire espagnol.

Le discours du président catalan a justement pour objet de communiquer les résultats du référendum du 1er octobre dernier. Or, ces résultats ne laissent planer aucun doute sur la détermination des Catalans ayant participé à cette consultation populaire : le oui l’aurait massivement remporté avec 90 % des voix.

Or, la procédure de convocation de ce référendum prévoit une déclaration d’indépendance en cas de victoire du oui .

Reste à voir si cette déclaration interviendra bien aujourd’hui, et surtout sous quelle forme. Certains laissent entendre que cette déclaration d’indépendance pourrait être simplement "symbolique".

Il est vrai que les lendemains de référendum sont bien moins aisés que prévu pour les Catalans.

Les violences perpétrées contre les électeurs indépendantistes avaient logiquement choqué pas mal de monde : le gouvernement de Madrid avait alors perdu la bataille de la communication en raison, notamment, de quelques images choc.

Depuis lors, les choses ont évolué. De nombreuses banques pensent à mettre les voiles vers Madrid car elles seraient privées du soutien de la Banque centrale européenne (BCE) en cas d’indépendance unilatérale de la Catalogne, qui ne serait pas reconnue par l’Union européenne. Plus globalement, les milieux économiques sont opposés à cette sécession annoncée.

Sur le plan politique, le gouvernement conservateur de Madrid n’est pas le seul à élever la voix. L’opposition socialiste a appelé les indépendantistes à la raison, affirmant qu’elle soutiendrait une éventuelle suspension de l’autonomie régionale de la Catalogne décidée par le gouvernement Rajoy.

Surtout, l’imposante manifestation de dimanche a montré que tous les Catalans ne sont pas en faveur de l’indépendance, loin de là.

De quoi quelque peu échauder les ardeurs indépendantistes ? Les pressions sont en tout cas très fortes pour que la déclaration de Carles Puigdemont reste dans les clous et en deçà d’une déclaration par trop enflammée qui pourrait mettre le feu aux poudres.