Monde Sa pension d’ancien président sera d’un peu plus de 5.000 euros par mois. Sans oublier sa pension d’ancien parlementaire…

François Hollande coule ses derniers jours à l’Elysée, qu’il pourrait ne pas quitter avant le dimanche 14 prochain, date ultime de l’expiration de son mandat.

"Je serai à la tâche jusqu’au dernier jour de mon mandat", déclarait-il, en tout cas, le 31 décembre dernier lors de ses derniers vœux présidentiels.

Cette passation pourrait toutefois être avancée au samedi 13, mais rien n’a officiellement filtré pour une passation de pouvoir plus rapide, qui reste donc du domaine du possible. Elle ne doit toutefois pas intervenir avant le conseil des ministres prévu mercredi matin.

Pour François Hollande, premier président de la Vème République à ne pas briguer un second mandat, la vie politique s’arrêtera là. "Il ne faut jamais dire jamais, mais je ne ferai pas de retour", avait-il assuré en septembre dernier dans un livre d’entretiens, alors même qu’il était toujours censé à l’époque se représenter pour un nouveau mandat.

Il fera également l’impasse sur le Conseil constitutionnel, dont chaque ex-président est membre de droit, et à vie.

François Hollande ne sera pas le seul ex-locataire de l’Elysée à ne pas siéger au Conseil constitutionnel : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n’y mettent plus les pieds depuis respectivement mars 2011 et janvier 2013. Seul Valéry Giscard d’Estaing, qui a quitté la présidence en 1981, y siège toujours.

François Hollande devrait en fait se reconvertir dans le social au sein de l’association "La France s’engage".

C’est une initiative que François Hollande a soutenue ces trois dernières années en sa qualité de président de la République "pour permettre à des initiatives de la société civile de développer leurs idées et de pouvoir apporter des services à ceux qui ont besoin de lecteur, d’éducation, de soutien", selon le président de l’association, Martin Hirsch, un ami de l’hôte de l’Elysée.

"Les étincelles lui reviennent dans les yeux" à l’idée d’aborder ce projet, assurait voilà peu un proche d’Hollande dans les colonnes du Parisien.

Quoi qu’il en soit, il ne se retrouvera pas sur la paille. Il bénéficiera d’une rémunération de plus de 65.000 euros brut par an, au titre d’ancien chef d’État.

à bientôt 63 ans , il pourrait également prétendre à d’autres pensions : 235 euros net par mois au titre d’élu local, 545 euros au titre de ses activités dans l’enseignement (notamment à Sciences Po), 168 euros net pour sa retraite d’avocat, 6.208 euros de retraite parlementaire en plus des 5.184 euros au titre d’ancien président de la République. Soit 15.114 euros s’il cumule le tout.