Monde

La police fédérale américaine en a-t-elle trop fait après le 11 Septembre


WASHINGTON La police fédérale américaine (FBI) a menti au Congrès et poursuivi des enquêtes pour "terrorisme" non justifiées contre des associations militantes de gauche entre 2001 et 2006, selon un rapport publié lundi, qui relève néanmoins que la pratique n'était pas généralisée.

Commandé par le Congrès il y a quatre ans, après la publication dans la presse de documents montrant les excès commis par la police américaine à la faveur de règles assouplies après le 11-Septembre, ce rapport a été rédigé par l'Inspecteur général du ministère américain de la Justice.

Il se concentre sur des enquêtes menées par le FBI concernant les activités de plusieurs associations, dont l'organisation opposée à la guerre Thomas Merton Center, Greenpeace ou encore l'association de défense des animaux Peta.

L'inspecteur général précise néanmoins que si ces manquements aux règles ont pu avoir lieu ponctuellement, appelant à des poursuites individuelles dans certains cas, "les preuves montrent que le FBI n'a pas ciblé d'organisations sur la seule base de leurs activités militantes".

Mais, "dans plusieurs cas, les raisons factuelles de lancer une enquête étaient faibles". Le rapport décrit par exemple comment "un jour calme" de 2002, un
agent du FBI a été envoyé à une manifestation anti-guerre à Pittsburgh (Pennsylvanie, est) sans qu'il y ait "aucun indice liant cette mission à une enquête ou à un quelconque renseignement selon lequel un terroriste pourrait être présent à cette manifestation", assure l'inspecteur général.

© La Dernière Heure 2010