Monde

Le maire de Thessalonique, la deuxième ville de Grèce, était à l'hôpital dimanche après avoir été agressé par de présumés extrémistes de droite lors d'un rassemblement, ont déclaré des responsables. 

Yiannis Boutaris, 75 ans, a du être extrait sous escorte d'un rassemblement samedi à la mémoire du massacre de Grecs de la mer Noire en Turquie pendant et après la Première Guerre mondiale, qui a dégénéré.

"Ils me frappaient partout, coups de pieds, de poings, la totale", a-t-il expliqué dimanche à l'agence de presse nationale ANA. Le maire, une figure controversée de la politique grecque, a déclaré avoir été victime d'une "agression méprisable" mais il a dit aller "bien".

Des images montrent M. Boutaris d'abord interpellé par des participants au rassemblement. Puis, alors qu'il commençait à partir, des gens lui ont lancé des objets et on le voit un moment tomber à terre. A la fin de l'agression, une poignée de gens essaient de briser les vitres de sa voiture alors qu'il quitte les lieux.

Les services du Premier ministre Alexis Tsipras ont attribué l'incident à des "voyous d'extrême droite'".

M. Boutaris s'est souvent attiré les critiques d'extrémistes pour ses déclarations sur des questions sensibles comme la Macédoine, la Turquie et Israel. Il a ainsi qualifié Kemal Ataturk, père de la Turquie moderne détesté par certains Grecs, de "grand dirigeant".

© Belga