Monde

Un échantillon d'ADN prélevé sur une pièce de l'enquête aurait permis de découvrir d'où venait le tueur.

Selon le journal britannique The Mail on Sunday, Jack l'Eventreur se serait en réalité appelé Aaron Kosminski et aurait été un immigrant polonais de 23 ans au moment des faits. Les techniques modernes de l'analyse ADN de traces de sang retrouvées sur une écharpe pourraient ainsi avoir mis fin à l'un des plus grands mystères de l'histoire criminelle du Royaume-Uni. A l'automne 1888, pas moins de cinq meurtres jamais résolus, attribués à un tueur en série, ont été commis dans le milieu de la prostitution de l'est de Londres. L'écharpe tachée de sang (tant de la victime que du meurtrier) a été trouvée sur le corps de Catherine Eddowes, l'une des victimes de l'Eventreur. L'échantillon ADN ainsi prélevé a été comparé à ceux des descendants du suspect Kosminski ainsi qu'à ceux des descendants de la victime.

Aaron Kosminski était originaire de la petite ville polonaise de Klodawa. Il avait émigré vers l'Angleterre en 1881 pour fuir les pogroms russes et s'était établi avec sa famille dans le quartier de Whitechapel, la zone dans laquelle l'Eventreur a commis ses meurtres. Les papiers d'immigration de Kosminski révèlent qu'il exerçait la profession de coiffeur. Il faisait partie des suspects des méfaits de l'Eventreur mais la police n'était jamais parvenue à le prouver et n'a donc pas pu le traîner devant un tribunal. Des problèmes psychologiques l'ont contraint à être interné dans un établissement psychiatrique, le Colney Hatch Lunatic Asylum. Il a connu ensuite plusieurs autres internements jusqu'à sa mort en 1919 à l'âge de 53 ans.