Monde Nos ministres sont souvent polyglottes, contrairement aux Britanniques!

LONDRES Les ministres britanniques sont, en comparaison, avec leurs collègues d’outre-Manche, de piètres polyglottes, pouvait-on lire, vendredi, dans l’hebdomadaire britannique, The Economist.
Les ministres belges s’en sortent plutôt bien puisqu’ils manient généralement avec aisance, trois langues : le français, le néerlandais et l’anglais. Ils ont par ailleurs de bonnes connaissances en allemand pour certains.

Selon The Economist, la mauvaise connaissance des langues des ministres britanniques serait due en partie à l’insularité de la Grande-Bretagne qui conduit à une mentalité peu ouverte sur leurs plus proches voisins, les Européens du continent. Selon le magazine, peu de ministres ont peu affirmé qu’ils connaissaient d’autres langues que celle de Shakespeare.
Ainsi, le vice-Premier ministre, John Prescott et son collègue de l’Agriculture, Nick Broxn, ne pratiquent aucune autre langue que l’anglais.
Tony Blair, Premier ministre, parle quelques mots de français, selon The Economist. Sans doute, a-t-il appris à se débrouiller dans la langue de Molière lors de ses récents séjours dans le sud de la France… Il parle aussi quelques bribes d’italien. Seuls quelques ministres parlent le français ou peuvent se débrouiller dans cette langue.

Sur l’ensemble des ministres interrogés par The Economist, seule une personne a avoué parler aussi l’allemand. Il s’agit du ministre des Affaires sociales, Walter Riester. En comparaison, tous les ministres allemands parlent anglais.

En Belgique, nos ministres "excellent" dans l’art de manier les langues. Ainsi, Guy Verhofstadt, Premier ministre, parle couramment néerlandais, français, et anglais. Il dispose par ailleurs de bonnes aptitudes en italien. Selon le porte-parole du Premier ministre, Guy Verhofstadt se débrouille aussi dans la langue de Goethe.
Le ministre des Affaires étrangères, Louis Michel, est également polyglotte puisqu’il parle trois langues couramment : le français, le néerlandais et l’anglais. "Il a appris l’allemand et le comprend bien".