Monde Des millions de débris circulent dans l’espace soit environ 7.500 tonnes de déchets.

Il y a des années, des rapports indiquaient déjà que nous avions atteint un seuil critique en ce qui concerne les déchets abandonnés dans l’espace. Entre-temps, l’urgence s’est accrue. Des millions de débris circulent dans l’espace, représentant au moins 7.500 tonnes, selon nos confrères du quotidien Het Laatste Nieuws. Fragments, satellites ou masses volantes perdues, l’impact peut être important.

L’année dernière, un reste de peinture errant a provoqué une fissure dans une fenêtre de la Station spatiale internationale (ISS). Il y a cinq ans, l’équipage a dû se dépêcher d’entrer dans ses capsules à l’approche de débris qui auraient pu entraîner une issue aux conséquences fatales. "À vrai dire, il faudra attendre qu’un astronaute meure ou qu’un satellite important soit endommagé, indique l’ingénieur en aérospatiale, Stijn Ilsen de Qinetiq Space. Bien entendu, je ne le souhaite pas, mais c’est seulement à ce moment-là qu’il y aura de réels investissements dans le nettoyage de l’espace. Maintenant, ce n’est économiquement pas possible. Une mission pour aller récupérer le satellite inactif Envisat dans l’espace coûterait, par exemple, 250 millions d’euros. Si un ministre peut choisir entre une telle mission ou un projet sexy pour lancer quelque chose de neuf, le choix est vite fait."

Avec le RemoveDebris , l’Université britannique de Surrey a maintenant un engin spatial prêt à faire ce service, comme un camion poubelle. Ils veulent lancer l’engin - à peu près de la taille d’une machine à laver - pour effectuer un test. Par la suite, différentes techniques seront essayées pour voir comment les déchets peuvent être nettoyés au mieux. À bord, pas d’éboueurs en gilets fluo, mais un filet pour attraper les déchets. Une sorte de harpon sera aussi testée pour attraper les grosses pièces. Les Britanniques utilisent des déchets expérimentaux, qu’ils emportent avec eux dans l’espace et qu’ils ramènent sur terre une fois les tests terminés. Coût total de l’opération : 17 millions d’euros. À terme, les camions poubell e pourront se consumer dans l’atmosphère.

Le développement de cette technique est très important pour le nettoyage des débris existants. Par ailleurs, il est particulièrement important qu’aucun déchet supplémentaire ne soit créé. "Les nombreux déchets se sont amassés du fait que tout le monde pouvait faire à sa guise. Depuis une dizaine d’années il y a des règles strictes déterminant la quantité de détritus qui peuvent être abandonnés dans l’espace, explique Stijn Ilsen. Les agences spatiales s’y conforment, mais la question est aussi de savoir si les entreprises spatiales commerciales émergentes le feront. Si elles décidaient de laisser traîner leurs satellites Internet, cette solution deviendrait un emplâtre sur une jambe de bois."

© IPM