Monde

Lors d'élections locales aux Etats-Unis mardi soir, les candidats démocrates Ralph Northam et Phil Murphy ont battu leurs adversaires républicains pour les postes de gouverneurs en Virginie et au New Jersey, rapportent les médias américains sur base de projections des résultats. Ces victoires démocrates sont perçues comme un revers pour Donald Trump, alors que ses alliés concourraient pour les postes en question. Les démocrates en Virginie et au New Jersey, qui souhaitaient profiter du sentiment anti-Trump, ont remporté deux élections pour les postes de gouverneurs dans ces Etats.

Dans l'état de Virgine (est), une élection qui était observée de très près, le candidat démocrate Ralph Northam a battu le républicain Ed Gillespie, qui défendait des thèmes populistes et nationalistes. Ce dernier, un ancien président du Grand Old Party (GOP), a mené campagne sur l'insécurité, l'immigration et les relations interraciales. Selon des résultats portant sur 90% des bureaux de vote, Ralph Northam a remporté près de 52,7% des voix contre 46,1% pour le républicain.

Le président Trump a commenté en affirmant sur Twitter: "Ed Gillespie a travaillé dur mais ne s'était pas pleinement associé à moi ni à mes idées".

Au New Jersey (est), état bordant New York, le candidat démocrate Phil Murphy devrait succéder au gouverneur républicain sortant Chris Christie, allié de Donald Trump. Selon un décompte partiel, le démocrate Murphy a remporté le scrutin avec 53,1% des voix contre Kim Guadagno avec 44,9% des voix. Ce dernier a souffert de l'impopularité du gouverneur sortant, après 8 ans en poste, et du président Donald Trump.

Les démocrates attendaient cette revanche sur les républicains. L'ancien président Barack Obama, qui a lui-même soutenu la campagne en Virginie, et la candidate déchue Hillary Clinton avaient appelé leurs sympathisants aux urnes. "Les électeurs ont rejeté l'agenda Trump-Pence", s'est félicité le président du parti démocrate, Tom Perez. "Les succès de ce soir ne sont que le début", a-t-il dit.

Le prochain test électoral aura lieu lors d'une élection sénatoriale dans l'Alabama le 12 décembre, où le républicain est favori. Puis viendra la saison des primaires en 2018, avant les élections législatives nationales dans un an.

Le gouverneur est le chef de l'exécutif de l'Etat, doté de pouvoirs dans les domaines économiques, fiscaux, de police ou encore d'éducation. Il promulgue les lois votées par le parlement local.

D'autres élections locales étaient organisées aux USA mardi, notamment à New York où le maire démocrate Bill de Biaso a été réelu pour un nouveau mandat de quatre ans.

Bill de Blasio à peine réélu défie Trump

Le maire démocrate de New York Bill de Blasio a été facilement réélu mardi à la tête de la capitale financière américaine, et a immédiatement promis de combattre Donald Trump.

De Blasio, qui s'est posé toute la campagne en défenseur des New-Yorkais face au président américain, l'a emporté haut la main avec 66,1% des voix contre 28,1% à sa rivale républicaine Nicole Malliotakis, sur la base des résultats de 97% des bureaux de vote, selon les médias américains. Malgré une faible participation, le maire sortant, un Italo-Américain de 56 ans, a estimé que les New Yorkais avaient, en le réélisant, "envoyé un message à la Maison Blanche", un an exactement après l'élection de Donald Trump. "Si vous vous retournez contre les valeurs de votre ville natale, votre ville résistera", a-t-il lancé à l'attention du président lui aussi natif de New York, sous les applaudissements de ses supporters réunis au Brooklyn Museum.

"Nous allons défendre le système de santé", a ajouté De Blasio, en allusion aux efforts de Trump pour démanteler Obamacare. "Nous allons défendre les immigrés (...) Quand les immigrés sont attaqués, c'est nous tous qui sommes attaqués!"