Monde

BRUXELLES Les francs-maçons ont-ils joué un rôle dans le débat français sur la laïcité? Sûrement même si, comme toujours, la chose est difficile à jauger. C'est que la règle est stricte: tout franc-maçon peut évoquer librement son appartenance à une loge, mais en aucun cas dévoiler celle d'un Frère.

Dans les faits donc, la nébuleuse peut s'avérer opaque. Et favoriser la rumeur - qui n'aime rien tant que le secret pour se développer - sur le rôle que joue la franc-maçonnerie dans la politique.

En Belgique, certains jurent que c'est elle qui est à la base de l'alliance entre socialistes et libéraux négociée dès 1997. D'autres voient sa main derrière les avancées éthiques de ces dernières années, comme la dépénalisation de l'avortement, l'euthanasie ou le mariage homosexuel.

Quant à ses membres, ils ne sont pas toujours aisés à identifier. Au PS, Elio Di Rupo a récemment levé le voile sur son appartenance, tandis que Charles Picqué a été trahi par un proche. Guy Spitaels, Philippe Busquin, Guy Mathot, Guy Coëme, Philippe Mahoux, Michel Daerden et Philippe Moureaux seraient également francs-maçons, comme l'était feu André Cools. Laurette Onkelinx et André Flahaut sont également cités par certains de même que Jean-Claude Van Cauwenberghe, au contraire de Jean-Maurice Dehousse, José Happart, Philippe Courard ou feu Edmond Leburton.

Au MR aussi, les Frères sont nombreux. Hervé Hasquin l'est de longue date et n'en a d'ailleurs jamais fait mystère, alors que c'est plus récent pour Louis Michel, qui n'est pas arrivé à entrer dans la loge du premier coup.

Pas recette

Daniel Ducarme, Richard Miller, Marion Lemesre et Jacques Simonet le seraient également, à l'image de François Perin et de feu Jean Gol ou Henri Simonet. Mais pas Françoise Schepmans ni, dit-on, Pierre Hazette, Antoine Duquesne, Serge Kubla, Michel Foret ou Didier Reynders, ce dernier s'amusant régulièrement à dire que les seules loges qu'il fréquente sont celles... des clubs de foot et des théâtres.

Chez Ecolo, il n'y a guère qu'Henri Simons qui ne fasse pas mystère de son appartenance maçonnique, appartenance qui ne semble pas vraiment faire recette chez les Verts. Pas plus d'ailleurs que chez les Oranges, aucun nom du CDH ou de l'ex-PSC n'ayant jamais été cité.

En Flandre, Fred Erdman, Willy Claes, Freddy Willockx, Luc Van den Bossche sont régulièrement pris en exemple dans les rangs SP.A. De même que ceux de Rik Daems, Geert Versnick ou Karel De Gucht au VLD. Celui de Guy Verhofstadt, par contre, ne l'est pas.

© La Dernière Heure 2003