Monde

Le cabinet de sécurité israélien a rejeté mercredi les propositions internationales de trêve dans la bande de Gaza

Le Hamas, un vaste réseau

Israël envisage une trêve permanente

Deux roquettes du Hamas tirées à une distance record sur Israël


GAZA Plusieurs pays, notamment des États musulmans d'Asie, ont rejoint le concert de condamnations des raids d'Israël à Gaza, tandis que les capitales occidentales, tout en réclamant la fin des violences, étaient moins unanimes sur la responsabilité de cette nouvelle déflagration.

Le Pakistan comme l'Afghanistan, l'Indonésie et la Malaisie ont réclamé "l'arrêt immédiat" de l'offensive aérienne israélienne. Le président pakistanais Asif Ali Zardari, en qualifiant ces raids de "contre-productifs" , a appelé "instamment la communauté internationale à promouvoir un règlement pacifique, équitable et durable" . L'Indonésie, premier pays musulman du monde, a dénoncé "un usage disproportionné de la force" de la part d'Israël.

Le président en exercice de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), le président sénégalais Abdoulaye Wade, a réfuté la raison avancée par Israël pour ses bombardements, qu'il a jugés "inacceptables" et qui "ne peuvent pas s'expliquer par des lancements de roquettes opérés par le Hamas" .

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a qualifié l'escalade de la violence d'"inacceptable" . La Maison-Blanche a exhorté le Hamas à "cesser ses tirs de roquettes" et à "accepter d'observer un cessez-le-feu viable et durable pour que les violences actuelles s'arrêtent" . Le Canada et l'Allemagne ont aussi rendu le Hamas responsable de l'escalade de violence.

Mais mardi soir , le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a dit "envisager favorablement" une proposition française de cessez-le-feu de 48 heures. Le Hamas a pour sa part menacé de frapper le territoire israélien plus en profondeur avec ses roquettes si l'État hébreu poursuivait son offensive. À Paris, le Quartette pour le Proche - Orient (Union européenne, États-Unis, Russie et Onu) a demandé un cessez-le-feu immédiat à Gaza qui soit "pleinement respecté" .

Sur le terrain, les forces terrestres israéliennes se tenaient prêtes à intervenir. Au total, 368 Palestiniens ont été tués et plus de 1.700 blessés dans les attaques israéliennes.



© La Dernière Heure 2008