Monde
La capitale du Bangladesh a elle aussi fêté l'Aïd el-Kébira qui célèbre la fin du pèlerinage à La Mecque. Le rituel a eu lieu sous des pluies torrentielles cette année, offrant des images surréalistes.

L'Aïd el-Kébira est une fête de trois jours attendue et célébrée par les musulmans du monde entier. Egalement appelée la "Fête du sacrifice" (aussi connue sous le nom de la Fête du mouton), la coutume veut que des animaux sauvages soient sacrifiés suivant un rituel spécifique, afin d'être consommés ou offerts aux pauvres. 

A Dacca, au Bangladesh, l’événement devait initialement se concentrer dans des endroits précis désignés par les autorités de la ville. Une demande qui n'a pas toujours été respectée, loin s'en faut, puisque de nombreux habitants ont procédé au(x) sacrifice(s) dans leur propre propriété comme le relate The Independant. Alors que des pluies diluviennes s'abattaient sur la région, le sang des animaux s'est donc rapidement mélangé aux eaux de la crue dans la ville toute entière, offrant des images surréalistes dignes d'une apocalypse qui serait décrite par René Barjavel (comme dans son roman "Ravage" paru en 1943, ndlr).

© AP


La scène n'aura duré que quelques heures mais aura été suffisamment intense pour choquer une partie des touristes présents sur place. Une fois les eaux évacuées, certaines rues restaient teintées de rouge par endroits.