Magnotta: des messages avec les restes humains

Publié le - Mis à jour le

Monde La police de Montréal a révélé mercredi que des messages accompagnaient le pied et la main envoyés par la poste à deux partis politiques canadiens la semaine dernière. Deux écoles de Vancouver ont également reçu mardi un pied et une main semblant provenir du cadavre d'un étudiant chinois que Luka Rocco Magnotti, arrêté à Berlin lundi, est soupçonné d'avoir tué.

Le sergent Ian Lafrenière de la police de Montréal (SPVM) a déclaré mercredi qu'une note se trouvait dans le colis ouvert la semaine dernière au siège du Parti conservateur à Ottawa. Il n'a pas fourni de détails mais Magnotta devrait notamment être accusé d'avoir menacé le Premier ministre canadien, Stephen Harper. Il a expliqué que la police avait jusque-là nié l'existence de message pour éviter de susciter des imitations.

La police a annoncé que les analyses génétiques avaient confirmé que les membres provenaient du cadavre de l'étudiant chinois et qu'elle disposait d'images montrant Magnotta en train d'envoyer les deux colis, dont l'un a été intercepté à la poste.

La police a ajouté que les membres envoyés aux écoles de Vancouver avaient été transférées à Montréal pour des analyses d'ADN mais semblaient liés au meurtre à Montréal de l'étudiant chinois Jun Lin, qui a été filmé par son auteur et dont la vidéo a été publiée sur Internet. Le torse du jeune homme a été retrouvé dans une valise près de l'appartement d'un ancien acteur de films pornographiques âgé de 29 ans. Sa tête n'a pas été récupérée.

Celui-ci, Luka Rocco Magnotta, est soupçonné d'avoir commis le crime avant de s'enfuir en Europe, d'abord en France, à Paris, puis en Allemagne samedi, où il a été arrêté lundi dans un café Internet à Berlin. Il a déclaré qu'il ne s'opposerait pas à son extradition au Canada. Dans ce cas, il pourrait être rentré dans son pays pour la fin de la semaine.

Les enquêteurs canadiens pensent que Magnotta a filmé le meurtre de Jun Lin et son dépeçage dans son appartement de Montréal. La police a affirmé qu'on voyait le suspect manger des morceaux du cadavre mais la vidéo visionnée par l'Associated Press ne montre pas d'acte de cannibalisme sur le corps, même si le meurtrier y manie un couteau et une fourchette. La police a laissé entendre qu'elle disposait d'une version plus longue, peut-être intégrale, de la vidéo.
Les parents de Jun Lin sont arrivés à Montréal mardi soir et devaient rencontrer les enquêteurs mercredi, selon Zhen Xu, porte-parole du service de presse du consulat de Chine.

Le commandant de la section des Crimes majeurs du SPVM, Denis Mainville, a déclaré que les enquêteurs allaient réexaminer des centaines d'homicides commis depuis 30 ans au Québec à la recherche d'un lien éventuel avec Magnotta.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner