Monde Dans une interview accordée à Télé Lyon Métropole et à Boulevard Voltaire, Marion Maréchal explique avoir pris le nom Le Pen pour se lancer en politique.

Marion Maréchal tente de couper court aux polémiques après avoir abandonné le nom Le Pen qu'elle avait accolé au sien. "Je n'ai jamais eu et n'aurai jamais honte de mon nom. Une manière, surtout, d’acter mon passage à la vie civile. L’adossement du nom de ma mère, Le Pen, avait clairement un objectif en 2012 : laver l’honneur de ce nom à Carpentras, vingt ans après la terrible affaire qui l’avait souillé. Je pense avoir mené cette mission avec succès par mon élection. Je n’ai plus de raison de garder, aujourd’hui, mon nom « politique ». Je ne suis plus que Maréchal… Finalement, ce n’est déjà pas si mal!" a-t-elle déclaré au magazine d'extrême droite Boulevard Voltaire et dans une interview accordée à Télé Lyon Métropole.

En retrait de la vie politique après son départ de l'Assemblée en 2017, Marion Maréchal a effectué son retour dans la vie active comme directrice d'une école lyonnaise de sciences politiques, l'Issep. "Avec ce projet entrepreneurial, je suis également fidèle à ce que j’ai toujours défendu durant mon mandat : le combat culturel, métapolitique. Transmettre la culture, le savoir, nos valeurs civilisationnelles ne peut se faire uniquement par le biais électoral mais peut, et doit, aussi se faire par des engagements concrets au sein de la société civile. L’éducation fait partie des domaines essentiels à investir."