Monde L'annonce devrait intervenir très rapidement selon plusieurs médias français.

Marion Maréchal-Le Pen arrêtera très prochainement sa carrière politique annoncent plusieurs quotidiens français dont Le Figaro, Libération et Le Parisien. Ce dernier quotidien annonce que la député du Vaucluse aurait annoncé sa décision à Marine Le Pen ce mardi après-midi. Marion Maréchal-Le Pen souhaiterait "changer de vie" et "aller dans le privé". Marine Le Pen a d'abord tenter de dissuader sa nièce avant de lui dire : "Je respecte ton choix. Je sais ce que demande la politique, je sais les sacrifices que cela exige".

La défaite de sa tante à la présidentielle dimanche est-elle la goutte d'eau qui fait déborder un vase déjà beaucoup trop rempli ? En tout cas, cette annonce n'est qu'une demi-surprise tant la bougeotte de la députée FN du Vaucluse est connue. Issue de la frange identitaire du Front national, une aile qui descend tout droit du grand-père, Jean-Marie Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen a été mise quelque peu de côté pendant cette campagne. 

Aux thèmes identitaires, Marine Le Pen a préféré les thèmes souverainistes, anti-euro, de Florian Philippot. D'ailleurs, plusieurs sources évoquaient des tensions en Philippot et la nièce de Marine Le Pen. Libération ajoute que la député serait convaincue qu'elle n'est pas "en capacité de faire valoir son point de vue" au sein du parti.

Bref, on se dirigerait vers un retrait de la vie politique pour la députée du Vaucluse, ce qui impliquerait la démission de ses mandats actuels : présidente du groupe FN au conseil régional de Paca et bien sûr, son poste de députée puisqu'elle ne se représenterait pas aux législatives françaises prévues au mois de juin. 

Ce retrait ne serait pourtant pas définitif.

Un coup dur pour le FN et Marine Le Pen ?

Si Marine Le Pen n'avait pas privilégié les thèmes politiques de sa nièce, celle-ci n'en était pas moins précieuse pour le Front national. Très populaire dans sa région, en témoigne ses mandats conquis sur ces terres-là, elle avait aussi avenir tout tracé au sein du FN, pour peut-être un jour prendre la succession de sa tante. Visiblement, il n'en sera rien. 

Ce renoncement à la vie politique est la matérialisation d'une fracture au FN, qui s'étend de la base militante jusqu'aux hautes têtes.