Monde Discrète et effacée, le mannequin slovène est sûrement la seule Première dame à avoir déjà posé nue.

Si Trump a cassé tous les codes en devenant président, que dire de sa femme, Melania, nouvelle Première dame des Américains ? Deuxième femme d’origine étrangère à occuper ce poste (après l’Anglaise Louise Adams, femme du président Jonh Quincy Adams, au milieu du 19e siècle), elle est par contre la seule à avoir posé nue dans des magazines. Troisième femme et atout charme de Donald Trump, elle n’a guère marqué la campagne par sa présence.

Plutôt discrète lors des grands meetings, l’ancien mannequin, née Knauss en Slovénie en 1970, a pourtant été toujours bien visible derrière son mari. Elle a plusieurs fois affirmé soutenir "à 100 %" Donald sur ces positions.

Mais il en fallait plus. Elle devait mettre, elle aussi, la main à la pâte et sortir de cette image de pot de fleursqui lui collait à la peau. Son premier discours a été un désastre. Les observateurs se sont aperçus qu’elle avait plagié l’actuelle Première dame, Michelle Obama, avant de disparaître des écrans radars pendant de longs mois.

Elle est sortie de l’ombre, de façon parfaitement étudiée, lors de l’affaire des propos misogynes tenus par Trump dans un bus. Elle avait alors réprouvé une telle attitude, affirmant que de telles déclarations étaient tout simplement "inacceptables".

Il s’agit en tout cas d’une belle revanche sur la vie pour cette femme dont on ne sait que très peu de choses. Née dans une famille modeste, elle commence à travailler très tôt, à l’âge de 16 ans à peine. Elle rencontre Trump en 1999 et arrive aux États-Unis deux ans plus tard, en 2001. Elle en obtient la nationalité en 2006. Selon certaines sources, elle parlerait cinq langues (le slovène, l’anglais, le serbe, le français et l’allemand).

Reste à voir si elle saura s’impliquer de la même façon dans la vie des Américains que l’a fait sa prédécesseur, Michelle Obama. 

© D.R.
 
© D.R.