Monde L'actuel ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement Edouard Philippe se trouve actuellement "très utile" mais pourrait être amené à quitter l'équipe gouvernementale.

Invité sur France Inter ce jeudi matin, Nicolas Hulot a évoqué des "dossiers qui pourraient conditionner son avenir" au sein du gouvernement. Parmi ceux-ci, celui de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (près de Nantes), dont il a toujours été un fervent opposant.

Au micro de nos confrères, il a indirectement affirmé que l'issue de la médiation pourrait déboucher sur son départ. "Je ne vais pas m'exprimer sur Notre-Dame-des-Landes, je vais encore me faire engueuler, parce qu'on va me dire: 'tu n'es pas neutre' [...] On connaît ma position, d'ici fin-décembre, j'ai tellement de choses à faire. Puis, croyez-moi, j'assumerai mes responsabilités quand la décision sera prise".

En mai dernier, le Lillois de naissance avait déjà été interrogé pour savoir s'il quitterait le gouvernement dans le cas où la construction serait approuvée. A l'époque, il avait déclaré: "Il faut sortir des joutes permanentes, s'il y a un cri que je veux pousser, une chose que je veux dire aux Français, c'est 'aidez-moi'. Je ne suis pas dans un combat partisan, c'est un enjeu humaniste." Il avait néanmoins promis une médiation afin de trouver, si possible, une alternative au chantier. Cette médiation devrait prendre fin avant la fin de l'année 2017.